AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Olive Dardent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Olive Dardent.   Jeu 27 Déc - 20:40

Olive Dardent

Espion

Espion
avatar

En savoir plus

Olive Dardent.




Identité

Nom : D'Ardent, ou Dardent.
Âge : 23 ans.
Ville/région : Glacis, duché de Béarns.
Classe sociale : Ancienne Bourgeoise de Béarns, aujourd'hui Soldate.
Profession : Espionne au service du Roi.

Stats
Distribuez 50 points de départ en suivant les instructions ici.
Magie : xxx.
Force : 8.
Précision : 11.
Endurance : 10.
Intelligence : 7.
Perception : 9.
Charisme : 5.



Le Royaume et vous...

Êtes-vous originaire des Six-Duchés ? Oui.
Ah ? D’où venez-vous exactement ? De la ville de Glacis, dans le duché de Béarns.
Êtes vous sensible à la politique des Loinvoyant ? Plutôt, oui.
Peut-être ne vous intéressez-vous pas à ces choses-là, mais quel Duché a votre préférence ? Je ne sais point, j'hésite. Le duché qui m'a vu naître, Béarns, a toute mon affection. J'y vais peu aujourd'hui, ayant peur d'être retrouvée par ma mère et forcée de rester avec elle. Mais la neige immaculée, la mer tempétueuse et la forêt de conifères me manquent.
Mes souvenirs affrontent mon présent. Cerf est un duché exceptionnel, très attrayant et justement dirigé. Je serais donc dans l'incapacité de choisir entre mon duché de naissance et mon duché d'adoption.
Que pensez-vous de nos voisins ? Je serai toujours des plus aimables avec les Béarnois, mais je ne manquerai pas de politesse avec les autres !
Vous considéreriez-vous comme un grand fan de la famille royale ? Plutôt, oui.
Pourquoi ? Le peu que je connaisse me semblent bons et aimables, les Six-Duchés étant relativement bien soudés aujourd'hui grâce à eux. Ils ont toute ma sympathie.
Au fait, vous avez un titre ? J'étais auparavant une Bourgeoise de la ville de Glacis. Mais j'ai aujourd'hui arrêter de me présenter sous ce nom et suis l'une des Espionne au service du Roi Juste, spécialisée dans les milieux hostiles.



Physique

Yeux : Un sublime vert olive, d'où je tiens mon prénom.
Cheveux : Ma crinière rousse flamboyante ne passe pas inaperçue et est à l'origine de mon nom.
Silhouette : Je suis plutôt petite - entre 155 et 160 cm - et menue. Nullement la silhouette d'une lanceuse de couteaux à la précision tranchante.
Habitudes vestimentaires : Lorsque je ne suis pas en mission, je revêt des robes toutes simples, sages, aux couleurs pastels, avec des ballerines. Lorsque l'hiver menace, j'enfile des robes plus épaisse, des gilets, voir des fourrures lorsque tout va mal. En mission, je suis vêtue tel un homme: des chaussures lacées, un pantalon et un gilet, un manteau lorsque je pars vers les glaces et une capuche retenant ma tignasse, le tout toujours d'une couleur passe-partout, marron ou noire.
Autre ? Depuis ma naissance, j'arbore autour de mon cou un collier où trois pendentifs se battent en duel: l'un est une ancre, en référence à la branche paternelle où les noms d'émérites marins s'alignent ; l'autre un dé à coudre, car ma mère aurai voulu me voir aussi douée qu'elle pour raccommoder les habits ; et pour finir, un verre, car l'un des petits mystères de ma famille serait les origines de ma mère, qu'on soupçonne d'être une descendante d'une des familles de vignobles de Bauge les plus reconnus.



Caractère

« Mes amis disent que je suis… » vive, amicale, espiègle, rebelle, active, déterminée, sensible, tolérante, fair-play, bref, pleine de joie de vivre !
« Mes ennemis me trouvent… » intenable, enfantine, impatiente, agaçante, garçon manquée, entêtée.
« La première impression qu’on a de moi, c’est… » celle d'une jeune fille avenante.
« En société, je suis... » joviale, pétillante et souriante.
« En privé, je suis… » dans le même genre.
« Ma plus grande peur, c’est… » d'être retrouvée par ma mère qui veut faire de moi une digne bourgeoise de Glacis, une épouse cloîtrée chez elle et contrainte à des grossesses constantes en quelque sorte.
« Ce que je déteste… » les contraintes et les gens qui broient constamment du noir.
« Ce que j’aime… » la liberté, la neige, les gens conviviaux et l'espionnage.
« Si j'avais un rêve... ? » mon désir le plus secret serait d'un jour retrouver ma mentor, où du moins, de savoir ce qu'il lui est vraiment arrivé.



La magie et vous...
Ne répondez aux questions en italique que si vous êtes directement concernés (par l’art ou le vif) !
… ça fait deux ? Tout à fait.
Êtes-vous sensible à l’Art ? Non.
    Le pratiquez-vous ? xxx.
    Comment l'avez-vous découvert ? xxx.
    Avec-vous un maître ? xxx.
    Un clan ? xxx.

Et le Vif ? Non.
    Comment l'avez-vous découvert ? xxx.
    Le cachez-vous ? xxx.
    Avez-vous un compagnon ?xxx.

Que pensez-vous des fidèles du prince Pie ? J'en ai quelque peu entendu parler. Ils me dégoûtent au plus au point.
Et des membres du Lignage ? Je trouve leur volonté louable.
Que pensez-vous des autres formes de magie ? Elles sont très intrigantes, mais mon sang n'a jamais trempé dans quelque magie que ce soit, je ne ressent donc point l'envie de toucher à quelque alchimie.
Avez-vous des magiciens, des artiseurs ou des vifiers dans votre entourage ? Ma famille de Glacis ne comportait rien de magique en quelque point que ce soit. Aujourd'hui, je suis au service de la famille royale des Loinvoyants, où quelques uns de leurs membres sont des Artiseurs.
Pratiquez-vous une autre forme de magie ? Non.



Le bric-à-brac

Prologue.

Il y a vingt-trois ans, le rude hiver béarnois de Stricte et Auburn D'Ardent, deux aristocrates de la ville de Glacis, fut adouci par un rayon de soleil qui répondit au nom d'Olive. Le vieux Auburn n'attendait plus cette naissance, croyant sa richesse d'ors et déjà perdue. La venue au monde de cette petite perle rousse qui a hérité de sa caractéristique première lui redonna espoir, espoir qui ne l'empêcha pas cependant de s'éteindre lorsque Olive n'avait que deux ans. Stricte s'occupa alors seule de l'éducation de la future petite bourgeoise, fort de son expérience de quarantenaire. L'autoritaire mère omis cependant un détail : la douce enfant avait hérité du caractère fougueux et curieux que son père démontrait plus volontiers dans sa jeunesse. Il est tellement plus drôle de rouler dans la neige que d'apprendre les bonnes manières !

Stricte passa bien dix années à s'arracher les cheveux avant que la petite Olive ne s'assagisse quelque peu. Face aux colères de sa mère et aussi à son âge qui commençait à creuser terriblement ses traits, la douce enfant prit le parti de faire plus attention à elle malgré qu'elle n'exprime en réalité qu'un soupçon d'estime pour celle qui lui a donné la vie. Il n'y eut qu'une crise majeure dans l'adolescence de la rouquine et elle fut la raison de sa fuite : seize ans ; ce fut l'âge auquel Olive fut promise à un barbon ami de Stricte. Ulcérée d'avoir été ainsi trahie par sa propre mère, vendue à un illustre inconnu comme un morceau de viande, la flamboyante rouquine fugua de chez elle, seulement chaudement vêtue, au coucher du soleil. A peine arrivée à la sortie de la ville, il était évident que la douce enfant ne savait où aller, menacée d'un côté par sa mère et de l'autre par les brigands de la forêt de conifères. Et ni l'un ni l'autre n'allaient être attendris par son minois d'enfant et ses tâches de rousseurs.
Olive se retourna soudain, sentant une présence dans son dos. Elle rencontra sous une capuche noire le regard gris tempête d'une femme âgée d'une trentaine d'années, aux cheveux blonds presque blancs. Son maigre sourire du coin de ses lèvres, bien que sans animosité apparente, était semblable à celui du prédateur repérant sa proie.

Chapitre I.

« Il est imprudent pour une jeune fille de ton âge de traîner ainsi le soir. »

Olive était comme estomaquée par tant de douceur de la part d'une inconnue, bien qu'elle ait juste adaptée son ton pour ne point effrayer la rouquine. Le contraste entre le sourire et la voix était déroutant. Olive ne répondit même pas, comme fascinée. Un courant d'air glacial s'engouffra dans son manteau en lynx, ce qui la fit frissonner violemment. Son interlocutrice reprit la parole tout aussi doucement :

« Que fais-tu donc ici, à la merci de tous les dangers ? » Olive expliqua rapidement ses mésaventures familiales, et aussi surprenant soit-il, le regard gris tempête de la dame, déjà perçant, sembla davantage se durcir. Olive resserra autant que possible ses bras autour de sa mince silhouette frêle, effrayée par tant de froideur. La voix de la femme avait instantanément perdu sa tendresse :

« C'est bien ce que je croyais, une petite bourgeoise... », marmonna la sombre voix rocailleuse dans l'ombre. Le regard d'Olive fixait avec gravité la silhouette noire doucement la contourner, glissant sur la neige sans bruit. La jeune femme esquissait sous son capuchon un mince sourire un tantinet cruel, appréciant de remettre à leur place ces petites poules qui se lamentent sur leur sort à qui veut l'entendre. Mais la silhouette fut soudain stoppé par une voix quelque peu tremblante, mais parfaitement audible au-dessus du puissant vent septentrional :

« Vous n'êtes point d'ici. » L'ombre fit brusquement volte-face, mais Olive n'eut aucune réaction. Son regard paraissait changé, non plus apeuré et craintif, mais bel et bien déterminé. Le regard gris tempête qui le soutenait ne paraissait le moins du monde ébranlé par ce retournement de situation.

« En effet, se contenta d'ajouter l'étrangère. Un bref silence entre les deux jeunes femmes fut rapidement de nouveau comblé. Je viens de Cerf. »

La trentenaire n'était pas le genre de personne à dévoiler ainsi des bouts d'informations à son propos. Mais qui aurait peur de cette fragile rouquine au visage si enfantin ? Son regard paraît d'ailleurs trop sincère pour cacher quelque vilenie. Et inutile de préciser que la femme à la capuche savait reconnaître le bon du mauvais en chacun plutôt vite. Tout à fait retournée vers Olive, elle lui demanda encore de la même voix douce du début :

« Comment te nommes-tu ? »
« Olive. Olive D'Ardent. »
« As-tu une ambition Olive ? Un objectif ? Tu ne peut quitter la ville et ta famille ainsi, suivant une illustre inconnue dans les bois de Béarns en lui accordant ta confiance aveugle. »
« Si vous vouliez me détrousser, vous l'auriez déjà fait depuis longtemps
, la coupa Olive. Celle-ci réduisit la distance qui la séparait de son interlocutrice. Le vent avait faibli. Qu'est-ce qui, de Cerf, vous a amenez dans le rude Nord des Six – Duchés ? »
« En voilà une question à laquelle je ne te répondrai sûrement jamais.
Les narines de la rouquine se pincèrent d'une légère vexation. Vois-tu, j'occupe à Cerf un poste très particulier, aussi connu qu'inconnu de tous. Nous sommes peu, mais indispensables. Vois-tu ce qui peut l'être pour un souverain ? »
« Un soldat, certainement. Un soldat méconnu. Une sorte d'espion. Un espion. »
Le sourire de la blonde platine semblait creux et vide, mais cachait une once de satisfaction.
« Bien. Tu sembles bien moins idiote que tu ne le laisses paraître aux premiers abords. Sais-tu que cela est une bien grande qualité ? » L’espionne leva doucement son index gauche pour retirer sa capuche et révéler tout son visage, de son cou gracile d'oiseau à son front d'aigle bombé en passant par ses pommettes hautes et ses joues très légèrement creusées. Son regard gris tempête, aux apparence limpides, parut s'agiter d'avidité, ce qui fit ciller Olive. La femme le remarqua bien vite.

« N'ai crainte, je ne te ferai rien. Je te propose même quelque chose : il est évident que tu es particulièrement observatrice, et vive, et tout autant prête à tout pour fuir Glacis. Je suis disposée à te prendre sous ma tutelle et à t'éduquer si tu consens à tout abandonner ici-même, ce soir. Nul besoin de t'énoncer tout ce que tu perdras, tu es une fille assez intelligente pour comprendre cela. » Olive baissa les yeux sur la neige à ses pieds, songeuse. Quitter Glacis, sa mère et sa fortune ne lui demandait aucun effort. Mais quand on a toujours vécu dans une situation confortable où l'on n'avait jamais à se soucier du lendemain, décider de soudain prendre la route avec une inconnue en direction de Cerf sans être complètement sûre de ses intentions paraissait... Non, était totalement incongru !

« J'espère être digne de vous,... ? » Replaçant sa capuche sur ses cheveux blonds, la nouvelle tutrice d'Olive élargit son sourire, son regard luisant comme d'une nouvelle jeunesse.

« Tempête. »

Chapitre II.

Il fallu deux semaines complètes avant qu'Olive et Tempête ne parviennent à CastelCerf. A peine les deux femmes avaient-elle quitté Glacis qu'un avis de recherche était lancé pour retrouver la petite aristocrate. Trouver une monture ne fut une mince affaire, et il fallu par la suite éviter la civilisation, couper à travers bois et montagnes. L'espionne en profita pour enseigner quelques rudiments à sa nouvelle élève, entre autre en matière de tenue. Au cours du voyage, Olive troqua sa robe contre un pantalon, ses élégantes bottes contre d'autres plus épaisses et pratiques, conservant exclusivement son manteau en lynx quelque peu retravaillé, plus court. Sur le chemin, la bourgeoise apprit aussi à reconnaître les plantes guérisseuses et mortelles, à fabriquer des pièges et à faire du feu. Puis ce fut le terme du voyage. Olive était intimidée par l'imposante forteresse des Loinvoyant, se faisait petite à côté de preux chevaliers sur leurs destriers. Devant elle, Tempête avançait le menton haut, les yeux rivés droits devant eux, et malgré cette assurance, personne ne semblait faire attention à elle. La rouquine ne se laissait point distancer et restait dans l'ombre de sa tutrice.

Cependant, rien n'était gagné. Les espions lient des relations très fortes avec ceux qu'ils renseignent, il ne s'agit pas de prendre leur confiance à la légère. D'un côté comme de l'autre, si on perd la foi de son complice, c'est pour toujours. Ainsi, lors de l'entretien que la blonde platine réclama à son souverain, ce dernier lui expliqua clairement qu'il n'était pas emballé à l'idée de prendre à son service une petite damoiselle qui plus est recherchée dans tout les Six – Duchés. Mais Tempête était un personnage du genre très persuasif et très minutieux. Lorsqu'elle souhaitait quelque chose, c'était pour une excellente raison. Donc, si elle désirait prendre une aristocrate sous son aile pour en faire une future espionne de Cerf, c'est qu'il y avait anguille sous roche. Juste Loinvoyant finit par accepter. L'entraînement de la jeune Olive Dardent débuta.

Chapitre III.

« Bien. Qu'est-ce qui pourrait te faire plaisir ? »

Tempête avait emmené Olive en ville, chez un forgeron. Fort était un ami de longue date de la blonde platine et aussi un forgeur plutôt reconnu. La petite rouquine considérait attentivement les armes accrochées aux murs et exposées sur les étalages, indécise. L'épée était trop lourde, ne parlons pas de la hache...

« Je ne sais pas vraiment... »
« Pour une donzelle fine comm'ça, faut du léger, Temp'. »
« Je ne m'en doutais pas, voyons. » Du genre orgueilleux, Fort s'éloigna, vexé comme un pou, laissant les deux jeunes femmes seules devant la table des arcs. Lorsque la masse de muscles eut disparu derrière d'autres étagères, Olive questionna sa mentor.

« Quels sont vos armes, Tempête? » L'espionne considéra son élève derrière ses mèches clairs, puis sortit sans bruits un minuscule couteau de lancer, à peine plus grand que la paume de sa main. « Comme toi, je suis trop frêle pour l'épée et juste assez endurante pour survivre quelques semaines en milieu hostile sans avoir besoin de me fatiguer davantage avec un arc. » Face au regard intéressé de la petite bourgeoise, Tempête lui acheta cinq couteaux d'entraînement.

« A bientôt, Fort. »

A la lisière de la forêt commença l'entraînement d'Olive. Une heure suffit pour remarquer que la rouquine avait déjà d'assez bons yeux. Tempête souriait avec satisfaction, murmurant plusieurs fois plus pour elle-même que pour son élève.

« Tu seras redoutable. »

Chapitre IV. Sept ans plus tard.

Nous sommes à la veille de l'hiver. De légères chutes de neige agrémentent le paysage de quelques plaques blanches ici et là. Derrière les épais murs de CastelCerf, Olive tourne en rond. Allant et venant derrière une fenêtre, ses beaux yeux verts étaient dilatés, signe de sa panique. Depuis ses seize ans, elle avait suivit l'entraînement de Tempête à la lettre, rechignant peu, serrant les dents, s'endurcissant de jour en jour. Elle avait gagné en résistance ainsi qu'en discrétion, elle a apprit à se battre et à se faire respecter tout en gardant son âme d'enfant sous sa nouvelle carapace. Digne élève de la sulfureuse blonde platine. Cette dernière d'ailleurs l'avait déclarer apte à recevoir des missions face à ses progrès, et ce depuis deux semaines. Mais Juste n'était pas encore d'accord. Il restait encore quelque peu suspicieux. Malheureusement, cela devait et allait changer.

La porte en acajou de la salle pivota sur ses gongs en grinçant sinistrement, alourdissant davantage l'atmosphère de la pièce déjà suffocante en raison de l'angoisse de son habitante. Dans un tournoiement roux, Olive se retourna, la bouche légèrement entrouverte, tentant de calmer son souffle saccadé. Son regard chercha sous la capuche le regard gris tempête de sa mentor, mais ne rencontra que la barbe auburn de Sol Qu'un Oeil. L'espion revenait de la frontière des États Chalcèdes, là où Tempête fut aperçue pour la dernière fois. Olive se rapprocha vivement de lui, les yeux brillants. Avant qu'il ne fut parti pour sa mission là-bas, elle était parvenu à lui faire part de sa requête.

« Je vous en prie, dites-moi que tout va bien ! » Sol resta muet, son seul œil visible perçant, inexpressif, posé sur le visage juvénile d'Olive tiré par l'effroi et le chagrin.

« Non... S'il vous plaît... » Tout se troubla soudain. Les genoux de la jeune femme cédèrent, elle s'effondra en larmes aux pieds de l'espion. Sol Qu'un Oeil resta raide, mal à l'aise face à tant d'émotions réunies d'un coup en une seule personne. S'agenouillant à la hauteur de la rouquine, il posa une main maladroite qui se voulait réconfortante sur son épaule, soufflant de sa voix grave:

« Rien n'indique que ta mentor soit morte, petite... L'homme marqua une pause, comme hésitant à poursuivre. Les yeux rougis de la demoiselle insistèrent pour qu'il prit cette voix. Son ton se fit le plus doux possible. De nombreuses rafles chalcédiennes ont cependant été recensé dans les environs et... La dernière fois que ta mentor a été vu, c'était la veille d'une de ses rafles... »

Le monde s'écroula alors pour de bon. La tête entre les mains, les ongles crispés sur son cuir chevelu, Olive fixait le vide, remontant les années. Se rappelant de cette nuit verglaçante où, grâce à Tempête, sa Vie avait basculé. Son premier entraînement au couteau qui l'assura de sa présence auprès de la blonde platine. Les expéditions glaciales sur les Crêtes Peintes, les semaines en forêt, sous la pluie et le vent, les parties de chasse et les enseignements de botaniques et de survie... Dans le reflet de ses propre larmes, Olive voyait le haut front d'aigle, le cou de moineau et le regard agité de Tempête. Il la sondait, mais non plus avec critique comme lors de leur première rencontre... Mais avec maternité. Avec la tendresse d'une mère qui s'inquiétait de voir sa fille si tourmentée. Ce regard, ce fut le dernier que les deux jeunes femmes avaient échangé avant que Tempête ne disparaisse sur le dos d'une monture entre les arbres. Oui, Tempête fut sa mentor, sa sauveuse, sa mère. Et cela suffit à sécher les larmes de la rouquine. Elle devait se relever à présent, et s'imposer à Juste Loinvoyant. Pour elle.

La semaine qui suivit la disparition de la blonde platine, Olive parvint à obtenir une entrevue avec son souverain. La longue discussion qui en découla s'acheva sur des mises à l'épreuve. La rouquine les surmonta toutes. Lorsqu'elle jura enfin allégeance à son Roi, la fierté déferla sur son cœur, telle une vague. Elle reprenait le flambeau de sa mentor, de sa sauveuse, de sa mère, comme elle l'avait toujours voulu. Sa barque sur le cours d'eau de la Vie venait de traverser d'énièmes rapides dangereux avec succès, et retrouvait enfin une certaine quiétude.




Derrière l'écran !

Pseudo : Canard - I'm baaack ! 8D
Comment avez-vous découvert le forum ? Après maintes recherches si mes souvenirs sont bons.
Un avis, des questions ? Toujours pas, mais sachez juste que je m'excuse si j'ai bouffé des éléments primordiaux à propos des espions u.u'
Multicomptes : A la fin de la présentation de Franc, je m'étais jurée de ne faire qu'un seul personnage. J'ai craqué x)
Partant pour un défi rp ? Toujours !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   Ven 28 Déc - 9:00

Invité
Invité
avatar

En savoir plus


Héhé, les DC, c'est une maladie contagieuse.

Je vais être Franc ( bon je sais que c'est toi Franc mais j'ai trouvé ça marrant ^^ ) c'est vraiment une très jolie présentation.
Ton espionne est très attachante, et c'est très futé de la situer déjà en pleine intrigue à la fin de ta fiche.

Voilouuu, bon rp. :yeah:

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   Ven 28 Déc - 16:53

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Re-bonjour, très chère! Je te promet de ne pas martyriser ce personnage comme je l'ai fait avec Franc, en tant que cadeau de bienvenue!

J'ai un cœur, moi aussi! XD
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   Ven 28 Déc - 17:58

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Une espionne quelle bonne idée de personnage !
En tout cas elle a une bonne bouille Wink

Re-bienvenue à toi !:yipie:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   Ven 28 Déc - 18:04

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Tu as été cherché loin pour le jeu de mots Vertige '-' xD
Loyal : Sérieux ? T'as un coeur toi ? J'y crois pas :yiih:

En tout cas, merci à vous trois ^^ Ca me fait plaisir de voir qu'on la trouve cro-mignonne :hiya:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   Ven 28 Déc - 23:15

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Rebienvenue Franlive! :drum:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   Sam 29 Déc - 19:08

Silence Hodd

de Castelcerf

de Castelcerf
avatar

En savoir plus

Bonjour et rebienvenue ! :3
:rainbow:

Bienvenue dans le côté obscur des double-comptes, surtout. xD J'adore l'idée des trois pendentifs qui représentent sa famille ! J'aime aussi beaucoup l'avatar, mais je l'avais déjà dit je crois :fan: Et je suis fan de Tempête, ok. Elle est trop cool. u.u Et tu as très bien joué Sol ! Je trouve Olive très attachante. J'avais hâte de lire cette fiche, je suis contente xD Sans plus de suspense, je valide, et je te réserve le poste d'espionne du roi, si c'est pas la classe. Cool

Amuses-toi bien en rp ! :rainbow:



Merci Liberté ! :tymievigueur:
Merci mon filleul luth(eur) :coeur::
 
Et merci Viviane pour le vava ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lessixduches.forumactif.com
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   Jeu 3 Jan - 12:05

Courage Hardod

Noble de Rippon
Baron de Forbaie

Noble de RipponBaron de Forbaie
avatar

En savoir plus

En voilà une jeune fille intéressante ! J'aurai plus de plaisir à lui parler à elle qu'à ce morveux trop gâté Razz

Bienvenue parmis nous avec ce DC ! Au plaisir de te croiser dans le rp !






***



***



***

& &

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   Sam 2 Fév - 15:30

Leyonel

Maître du Jeu

Maître du Jeu
avatar

En savoir plus

Re-bonjour mademoiselle ! Mon retard est légendaire mais j'espère avoir trouvé un défi intéressant pour ce nouveau perso ! Je te propose la chose suivante :

Retour au bercail : dans un futur réel ou alternatif, Olive rentre chez elle et retrouve sa famille. Comment se passent les retrouvailles ?


La longueur, le lieu et la temporalité sont libres, et le défi n'a pas d'impact sur le reste. C'est-à-dire que tu peux raconter ce qui te chante, même si ça n'a rien à voir avec la suite de ton histoire. Tu peux également faire intervenir autant de PNJs que tu le souhaites.
Si le sujet ne t'inspire pas, préviens-moi et je t'en donnerai un autre. Bonne chance ! :bouletman:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   Dim 10 Mar - 18:14

Olive Dardent

Espion

Espion
avatar

En savoir plus

Dans une vieille bâtisse de Glacis, Duchés de Béarns.

Dix ans. Dix ans aujourd'hui que Stricte D'Ardent était seule. Las. Silencieuse. Avachie sur le grand fauteuil de feu son époux Auburn. Dix ans qu'elle regarde avec la même absence de ses yeux gris et éteints le feu rugir dans la cheminée devant elle, lui rappelant une certaine crinière rousse. Dix ans qu'elle tient dans ses mains sèches tel jouet, tel vêtement qui pouvait lui ramener aux souvenirs de sa très chère enfant. Olive avait disparu il y a précisément dix hivers de cela, et cela fait dix années que la cinquantenaire se lamente, culpabilise au point d'en oublier de respirer parfois. Quelle idiote ! Quelle mauvaise mère elle fut, aveuglée par le problème de l'héritage, oubliant jusqu'à l'existence d'une âme et d'une capacité de pensée dans le corps de sa petite fille. Dix ans que les rires ont déserté la demeure, dix ans que nul visiteur ne passe plus le seuil de la porte. C'est à peine si Stricte avait gardé Balthazar et Parfaite comme serviteurs, alors qu'auparavant, ils étaient une dizaine de domestiques au moins à tourner autour de la bourgeoise. Vivant chichement à présent, la vieille femme n'aspire plus qu'à une chose: disparaître, avalée par le fauteuil qu'elle ne quitte presque plus ou consumée par les flamme de l'âtre, qu'importe. Elle voulait mourir.

Une silhouette s'est silencieusement glissée sur le parquet qui pourtant, grince à la moindre pression. Toute noire et encapuchonnée, on s'attend presque à voir un éclat métallique, annonçant un couteau, sortir d'un des plis du manteau, mais rien. Juste un regard pesant sur le haut dossier qui s'extrait du sol, au centre de la petite pièce. Il y eut un long moment ainsi, sans que plus rien ne bouge, si ce n'est les flammes du foyer léchant les pierres noires qui forment la cheminée. Sous le capuchon, la jeune femme se mordillait la lèvre inférieur, ses yeux olive parfaitement secs. Avait-elle fait le bon choix, en revenant ici après dix années d'absence et de silence ?

« ... Mère ? » Stricte eut un sursaut tel que la poupée en bois qu'elle tenait dans ses mains lui glissa des doigts et tomba dans un fracas lourd sur le sol. Ses yeux grands ouverts, elle ne croyait pas à ce qu'elle avait entendue, l'ayant trop attendue tout ce temps. Il fallut plusieurs secondes à la vieille femme avant qu'elle ne put se lever en tremblant, les mains sur le dossier du fauteuil pour la soutenir. Lorsqu'elle vit l'ombre dont avait émané la voix, elle se figea tel un pilier de marbre. Lentement alors, d'une main tremblante, Olive se dévoila, laissant le capuchon glisser sur sa tignasse rousse, le manteau tomber de ses épaules et choir à ses pieds. Stricte étouffa un cri, ne parvenant ni à parler, ni à bouger. Il fallut qu'Olive l'enlace et pose doucement sa tête sur son épaule pour qu'elle puisse reprendre conscience et Vie. Les deux femmes s'enlacent en silence, étouffant leurs sanglots contre l'épaule de l'autre. Rien ne se disait. Aucune n'avait envie de briser la bulle des retrouvailles. Le regard d'Olive fixait le lointain. Elle n'avait pas envie de raconter. Raconter qu'elle avait stupidement perdue la confiance de son Roi. Qu'elle aurait préféré mourir que de divulguer des informations confidentielles sous la torture chalcédienne. Qu'elle avait échouée, honteusement échouée, tâchée de honte le nom de Tempête et qu'elle revenait ainsi auprès de sa génitrice.

« Si tu ne veut rien me dire... Ne me dit rien ma fille. Surtout, ne me dis rien. » Les yeux de la jeune femme furent instantanément noyés par un flot salé. Son étreinte se resserre tandis qu'elle s'effondre en larmes, enfin, pour de bon. Criant sa faiblesse, sa fatigue, son humiliation. Laissant sa mère, pleurant elle aussi mais en silence, lui caresser tendrement les cheveux, lui chuchoter de doux mots à l'oreille, simplement, maternelle comme elle ne le fut jamais durant toute sa vie et comme Olive la connaîtra jusqu'à la fin de ses jours.

Spoiler:
 


PrésentationJournal.
DC : Vigueur d'Haurfond.



Merci pour ces si belles distinctions *coinlin*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   Mar 12 Mar - 18:41

Silence Hodd

de Castelcerf

de Castelcerf
avatar

En savoir plus

Tu m'as ému moi-même aussi *sbaf* Je valide car je sais que Leyonel n'a pas le temps. C'est un bien beau défi ! Pauvre maman Stricte D:

2 points de participation
2 points d'orthographe
2 points pour le style
2 points pour le contenu
2 points pour la longueur
Tu gagnes donc 10 points, félicitations ! :applause:
Tu peux aller les réclamer dans le topic concerné. Wink



Merci Liberté ! :tymievigueur:
Merci mon filleul luth(eur) :coeur::
 
Et merci Viviane pour le vava ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lessixduches.forumactif.com
MessageSujet: Re: Olive Dardent.   

Contenu sponsorisé



En savoir plus

Revenir en haut Aller en bas
 
Olive Dardent.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation d'Olive Macy [Validée]
» Explication et amélioration? [Pv Olive]
» Pommes de terre confites à l'huile d'olive
» smelly cat. (olive)
» Olive (et Tom).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Six-Duchés :: Bienvenue dans les Duchés :: Le Chant des Bardes :: Par le Sang de mes Ancêtres :: Fiches validées :: Soldats-
Sauter vers: