AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Jeu 29 Mai - 2:29

Capuche
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

En savoir plus

Capuche
Identité
✥ Âge : 28 ans
   ✥ Origine : Il l'ignore lui même.
   ✥ Classe sociale : Hors-la-loi
   ✥ Profession : Assassin
   ✥ Actuellement : L'Île de l'Andouiller
   
   
STATS
   Distribuez 50 points de départ en suivant les instructions ici.
MAGIE : 0 ✥ FORCE : 8 ✥ PRÉCISION : 12 ✥ ENDURANCE : 10 ✥ INTELLIGENCE : 7 ✥ PERCEPTION : 7 ✥ CHARISME : 6
   

   
Le Royaume et vous...
✥ Êtes-vous originaire des Six-Duchés ? Je ne sais pas... C'est possible.
   ✥ Ah ? D’où venez-vous exactement ? Excellente question ! ... Si vous avez une théorie, je suis toute ouïe.
   ✥ Êtes vous sensible à la politique des Loinvoyant ? Tout dépend s'ils deviennent mes employeurs... Je me fait un point d'honneur de ne porter aucun jugement sur la politique de celui qui me paye... En or ou en informations qui servent mes intérêts.
   ✥ Peut-être ne vous intéressez-vous pas à ces choses-là, mais quel Duché a votre préférence ? Je préfère ne pas me poser la question. Tous pourraient être chez moi, et aucun ne l'est réellement.
   ✥ Que pensez-vous de nos voisins ? Là encore, ce n'est pas mon rôle de juger... Leur utilité se limite à héberger des gens me permettant de voyager à ma guise, en fonction des tâches qui me sont confiées.
   ✥ Vous considéreriez-vous comme un grand fan de la famille royale ? Pourquoi ? Pas particulièrement... Je ne crois pas que cette dernière apprécierait de connaitre certain de mes secrets... Mais je suppose que travailler pour des richards de ce calibre serait le sommet de ma carrière.
   ✥ Votre avis vis-à-vis de la situation politique actuelle ? Je pratique une activité qui m'oblige ne pas afficher mes sentiments personnels.
J'ai moins de problèmes en ce qui concerne la forgisation. C'est à mes yeux la pire forme d'esclavage qui puisse exister.
La guerre avec les Outriliens... Tant qu'elle ne me concerne pas directement, j'avoue ne pas m'en préoccuper outre mesure.
   ✥ Au fait, vous avez un titre ? Si j'en avait un, je pense que je serais contraint de changer de métier ! ... Mais je trouverais amusant que l'on ose m'appeler un jour, "Marquis de la Capuche".

   

   
Physique

   
✥ Yeux : Dans leurs orbites, Bleu a gauche, Azur à droite... Mon humour ravageur, c'est gratuit.
   ✥ Cheveux : La meilleure description que l'on m'a faite... "on dirait de la paille ! " ... Blond donc... je les portes mi-long et il m'arrive de les attacher quand il me prends l'envie d'essayer de soigner ma présentation... Ce n'est pas toujours une réussite, mais il parait que je le vaut bien !
   ✥ Silhouette : L'on dit d'un bon assassin qu'il doit avant tout être discret... Je m'entraine très durement dans l'unique but d'être invisible. Lorsque je couvre mon visage, mon pas est aussi léger qu'assuré. J'ai appris à éviter les regards, et je veille à conserver une forme ainsi qu' une musculature optimale, afin de pouvoir escalader, bondir, me dissimuler, le plus rapidement possible. Je ne cherche pas à être une montagne de muscle, je cherche à être athlétique (1m80, pour 80 kilos). A visage découvert, je veille au contraire à paraitre aux antipodes de ce que laisserait supposer ma véritable profession. Je me cache alors en pleine lumière, et prends plaisir à me comporter comme la plupart des gens qui partagent mon existence.
   ✥ Habitudes vestimentaires : Je dispose de diverses tenues, capes, manteaux et déguisement dont j'use allégrement en fonction de la situation. Mais au naturel, j'arbore un manteau de couleur, bleu sombre et blanc. sans manches et surtout muni d'une capuche. Accessoire que je porte sur mes vêtements depuis l'enfance. Cela me rends curieusement nostalgique et me rassure... Cette dernière me permet aussi bien de me dissimuler rapidement, que de simplement me protéger des affres du soleil. Il est vrai que je supporte assez difficilement celui-ci sur ma peau claire et sensible aux brûlures de l'astre du jour... Une légère protection de cuir recouvre mes bras et mes épaules. Dissimulant la chemise lâche que je porte sous mon manteau. Mon pantalon est quant à lui en toile de couleur blanche, et mes bottes sont faites de cuir brun. Bien entendu je possède plusieurs variantes de cet ensemble que je porte suivant les climats et les régions que je traverse, afin de pouvoir me fondre dans le paysage.
   ✥ Autre ? Curieusement les tatouages, symboles de ma vie d'esclave, se situent sur mon corps, et non sur mon visage... Mes premiers maîtres souhaitaient un enfant de remplacement. Hors de question que la marque de ma servitude soit visible donc... La tradition s'est perpétuée avec mes autres propriétaires, sur demande du premier. Dernière attention pour mieux se dédouaner du poids de la trahison, j'imagine... Les seules marques que vous verrez sur ma frimousse, ne sont que quelques cicatrices éparses. Ultime vestige de désobéissances ou de conversations un peu trop musclées. La plus significative d'entre elle traverse toute ma pommette droite.
   
   

   
Caractère

   « Mes amis disent que je suis… » Plutôt cynique et insouciant. Mystérieux parfois... Plus triste que j'en ai l'air se pourrait-il... mais avec un bon fond, et agréable à vivre malgré tout... Rares sont mes véritables amis.
   « Mes ennemis me trouvent… » Le plus souvent à l'autre bout de la lame qui leur ouvre la gorge.
   « La première impression qu’on a de moi, c’est… » Celle que je veux bien offrir.
   « En société, je suis... » Celui que vous désirez secrètement que je sois.
   « En privé, je suis… » Détendu, agréable, et à l'écoute de mes amis... Je me laisse rarement aller à de grandes confidences sur moi même.
   « Ma plus grande peur, c’est… » Redevenir un jour un esclave. Être traité plus bas que le plus bas des animaux.
   « Ce que je déteste… » Ça vous parait évident à présent. Les esclavagistes.
   « Ce que j’aime… » Voyager, avoir de l'argent, et fréquenter de jolies femmes.
   « Si j'avais un rêve... ? » Voir encore plus de nouveaux horizons, gagner encore plus d'argent, et fréquenter encore plus de jolies femmes ! ... En vrai ? ... Rencontrer ma mère...

   

   
La magie et vous...

   
… ça fait deux ? C'est une force comme une autre. Avec ses avantages et ses défauts.
   ✥ Êtes-vous sensible à l’Art ou au Vif ? non
   ✥ Pratiquez-vous une autre forme de magie ? non
   ✥ Avez-vous une opinion sur l'Art ? Cela doit être bien triste quand notre rapport à l'autre perd tout mystère...
   ✥ Que pensez-vous des fidèles du prince Pie ? Ils me font de la peine...
   ✥ Et des membres du Lignage ? Encore un groupe de gens qui s'enferment dans un mode de pensée unique.
   ✥ Que pensez-vous des autres formes de magie ? Je vous ai déjà dis que je n'aimais pas émettre de jugements ?
   ✥ Avez-vous des magiciens, des artiseurs ou des vifiers dans votre entourage ? Certain des membres de la guilde qui m'a formé étaient des vifiers. Mais depuis que je roule à mon compte... Soit je n'ai pas encore eu ce plaisir, soit ils se cachent.
   

   

   
Le bric-à-brac

   Ce n’est pas la confession d’un homme accablé par le remord… Je ne cherche nulle excuse pour ce que j’ai commis par le passé, et commettrais dans l’avenir. Je n’éprouve ni culpabilité, ni regret pour ce que je suis et serais d’ailleurs probablement jusqu’à ma mort. Ce n’est que la vérité… Pure et sans détour, de ce chemin cahoteux que j’appelle «ma vie».
Les forgerons et autres armuriers n’ont jamais honte de parler de leur travail… Pas plus que les généraux, les nobles et autres chefs de guerre… Les producteurs d’alcool et de narcotiques non plus d’ailleurs… Pourtant leur labeur tue plus de monde chaque année que le mien ! Et avec moi, il y a au moins une chance d’en réchapper…
Je ne suis pas un monstre… Je suis un assassin. Mon travail consiste à prendre la vie d’une personne, afin de pouvoir améliorer celle d’une autre… Une vieille tante richissime n’a pas la décence de mourir ? Quelqu’un de votre entourage a entendu une chose qu’il n’aurait pas dû entendre ? Il serait préférable que tous vos petits secrets restent secrets ? C’est bien moi la personne qu’il vous faut contacter. Demandez « Capuche ».
Un simple surnom… Mais d’aussi loin que remontent mes souvenirs, c’est toujours ainsi que l’on m’a nommé. Un patronyme inoffensif… du genre que l’on donne à un enfant. Un enfant terrifié, incapable de dire son nom, et qui portait un capuchon.
Ceci est mon histoire…

Il aurait été de bon ton que j’entame cette dernière en commençant par me présenter et annoncer ma provenance. Je n’en ferai rien... Et pour cause, je n’en ai pas le moindre souvenir.
De mon enfance jusqu’à l’âge de 5 ans, je n’ai conservé que des bribes. Une date d’anniversaire… Le bruit des vagues de la mer… Un radeau flottant au milieu des eaux, et le soleil qui brûle ma peau claire… Un jour, j’ai été un naufragé… c’est là ma seule certitude.
Puis de naufragé, je suis passé directement à esclave. Je me souviens en revanche très bien de ma toute première vente… Je revois encore le quartier maître du navire me débarquer avec d’autres gens à la peau sombre, dans un port qui m’est parfaitement inconnu, et que j’identifierai plus tard comme la ville de Lie.
Il faisait chaud… Beaucoup trop chaud. Je me souviens encore de cette lumière aveuglante, à laquelle je ne suis pas encore habitué. Mes compagnons d’infortunes étaient gentils avec moi… j’étais le seul enfant à bord. Je crois également me souvenir que c’est d’une femme, à la peau d’ébène et aux yeux bruns, que j’ai reçu cette fameuse tenue qui me définit aujourd’hui. Il ne s’agissait que d’un simple linge, que je portais par-dessus ma tête et mon corps… Mais je peux vous assurer qu’à l’époque, je n’aurais troqué cette tenue contre aucune autre, tant l’ombre qu’elle m’apportait me soulageait d’un climat qui n’était manifestement pas le mien.
Je revois encore les visages durs, curieux, ou encore pervers, des personnes qui passaient devant moi. Le seul qui s’est arrêté était celui d’une femme, accompagnée de son mari. Un visage attendri.
Oui. Mes premières années d’esclave furent heureuses. Une femme de la noblesse locale avait craquée sur le petit enfant blond à la peau claire et aux jolis yeux bleus. Elle n’eut pas trop de mal à faire céder son mari pour se le faire offrir.
« Chéri ! Regarde le pauvre chou qui se cache derrière cet esclave ! Le pauvre… Il est terrifié… Il est si mignon à rabaisser sa capuche… Capuche ! … Viens ! Approche toi, n’ai pas peur ! »
Ils n’avaient pas d’enfants. Ils en voulaient un… Ils ont pris un jouet à la place. Un simulacre de bonheur parental, dont je me délectais… trop innocent encore pour comprendre la réalité de mon sort. Pourtant, mon épaule gauche avait déjà été tatouée de l’emblème de la servitude.
Celle qui souhaitait être ma mère, me traita bien… Elle m’apprit à lire, à écrire, et à me comporter comme un véritable enfant de bonne famille. Celui qui jouait le rôle de mon père, était très distant… Il ne m’a jamais considéré comme son fils. Juste comme un jouet qu’il avait offert à sa femme en attendant qu’elle veuille bien tomber enceinte. J’étais pourtant si heureux pour elle quand ce jour arriva enfin… Trois mois plus tard je montais dans une calèche pour une destination inconnue… Une seule consigne de mon maître «Il me serait agréable de ne pas prendre la peine de tatouer son visage…»
J’avais dix ans…

Je commençais ma véritable servitude dans les champs. C’était un travail dur… Mais je tenais bon… Les souffrances, la fatigue et les coups de fouets n’étaient que de la nourriture servant à alimenter ma colère. J’avais effleuré le gout de la liberté… Je n’ai jamais perdu l’espoir de pouvoir croquer un jour à pleine dent le cœur de ce fruit rare et précieux… Le plus dur c’était ce soleil de plomb. Mais mes propriétaires eurent la gentillesse de me revendre quelques années plus tard, à de nouveaux maîtres qui me firent travailler dans un enfer ombragé... Par égard pour un vieil ami, consigne avait été donnée de ne pas me tatouer le visage… Que de gentillesse !
Les carrières… Je ne vois aucun mot capable de décrire précisément cette période… Ce fut le théâtre de mon adolescence. C’est là notamment que j’appris à me battre… voir même  à tuer pour de simples épluchures et un peu de mauvais pain… Mes propriétaires différents se sont également accumulés durant cette période… Tout comme le nombre de symboles recouvrant mon corps. Je parcourais inlassablement le sous sol des Etats Chalcèdes, et aucune occasion de m’enfuir ou de me faire affranchir ne se présentait… A dire vrai, l’espoir qui me faisait vivre m’avait quasiment totalement abandonné…

Et puis un jour, le destin vint frapper à ma porte. Je fus l’objet d’une nouvelle vente. On m’emmena par caravane jusqu'à l’intérieur des terres, dans une zone désertique, dont je ne révélerai pas l’emplacement. Le lieu de vie de ce que j’appelle « ma guilde » doit rester secret.
Vous l’aurez compris, l’on peut devenir assassin de manière dramatiquement simple… La guilde avait subie des pertes importantes, elle est allée se fournir là où il y aurait des hommes qui donneraient et accepteraient tout pour échapper à leur vie d’infortune. Ma chance fut de me trouver là, tout simplement. On me tatoua alors sur le torse une pieuvre. Symbole d’une entité pensante et cachée qui étend ses tentacules sur le monde. De tous mes tatouages, c’est le seul qui ait un véritable sens à mes yeux.
On m’expliqua que j’étais désormais un homme libre… Plus libre que n’importe qui même. Désormais, tous les noms de ce monde étaient à présent le mien… Cela tombait bien, je n’en avais aucun. Seul un patronyme devait nous distinguer en tant qu’assassin. Mes frères euphoriques avaient tous choisi des noms classieux ou terrifiants pour se distinguer. Je décidais de garder celui qui me semblait  le plus ironique mais qui avait surtout le plus de sens à mes yeux : « Capuche ».
Deux seules véritables règles m’unissaient à mes nouveaux frères : « Ne jamais compromettre la fraternité » ; «le contrat avant tout.» (Si cela n’entrait pas en contradiction avec la première règle). Puis commença alors mon entrainement.

L’on m’apprit la patience et la discrétion pour traquer mes cibles ainsi que l’art du déguisement et du jeu d’acteur. L’on m’apprit à user de mes armes pour tuer, et non pour me battre. Au fil des mois, je devins plus agile et plus fort, et me consacrais pleinement à la nouvelle voie qui était la mienne, faisant ainsi la fierté de mon mentor. Je dois dire que mes nouveaux maîtres maniaient le plus efficace de tous les fouets : le respect. En à peine un an, on jugea que j’étais prêt pour remplir mes premières missions.
La première fois que l’on tue un homme, c'est un peu comme la première fois qu'on fait l'amour : On ne sait absolument pas ce qu’on fait mais c'est très excitant et quoiqu'il arrive on se dit que ça se termine beaucoup trop vite…
J’étais cependant doué pour ça parait-il. Mes missions s’enchaînaient, toujours plus nombreuses et toujours plus loin à travers le pays. Par le biais d’un ingénieux système de pigeonniers, nous opérions partout en Chalcédes. Acceptant les contrats les plus anodins, à ceux pouvant jouer un rôle clé dans des affaires de plus grande importance… Vous seriez vraisemblablement surpris d’apprendre le nom de certains de nos clients. Je n’ai pas mis longtemps à comprendre que la politique était de loin la principale source de revenus de la guilde. Je ne mis pas longtemps à m’apercevoir non plus que c’était bien l’argent et non un quelconque dieu qui commandait véritablement aux hommes.

Ma nouvelle vie n’était pas déplaisante… Bien au contraire. Mais quelque chose ne me satisfaisait pas. Tous mes frères et sœurs savaient d’où ils venaient et ce à quoi ils avaient renoncé. Moi je l’ignorais totalement… Mais curieusement je ne parvenais pas à accepter l’idée de me détacher de ce passé qui m’était inconnu. Je voulais savoir à côté de quoi j’étais passé. C’était une position intenable...
Il y a six ans, je finis par aller trouver mon mentor pour lui faire part de mes doutes et angoisses. Je savais que de telles pensées finiraient par entrer en contradiction avec les lois de notre ordre, et je souhaitais prendre les devants, avant de vraiment devenir un poids pour la confrérie.
Contre toute attente il me laissa partir. Me permettant de travailler en solitaire. La seule condition était que je ne révèle jamais l’emplacement de notre guilde et continue à vivre en accord avec ses principes les plus importants. Cela ne me posait aucun problème… J’avais depuis longtemps gagné la confiance de mes pairs, et ses derniers savaient que je n’étais pas du genre à parler, même sous la torture. Cela devait d’ailleurs être la raison principale, qui expliquait pourquoi les choses s’étaient faites aussi facilement…

Je poursuivis donc mes activités en solo et continue toujours à le faire aujourd’hui. J’ai repris à mon compte le système des pigeonniers afin de pouvoir garder un contact discret avec le monde extérieur.  Mais pour me démarquer de la guilde, je concentre mes activités sur l’ensemble des six duchés, sur des affaires de beaucoup moindre importance… Je ne tiens pas à me mettre toute l’armée d’une contrée à dos. Je dois être devenu un véritable spécialiste, en matière de droits de successions et de conflits de voisinages…
 Il y a peu, j’ai installé mon pied à terre dans les seules contrées me paraissant véritablement libres en ce monde. Les îles pirates situées entre Terilville et Jamaillia. Le contact avec des gens heureux de vivre, partageant mon gout du voyage et de la liberté, me permet de supporter la déception de n’avoir toujours rien découvert de mes origines à ce jour. Il y a longtemps que je me suis fait à l’idée que je n’y parviendrai sans doute jamais…
Je me suis lié avec des pirates. Il m’est même arrivé de partager certaines de leurs activités, afin de gagner leur confiance. Je crois même pouvoir dire que certains d’entre eux sont des amis… Ne vous leurrez pas. Un véritable assassin ne garde jamais près de lui ce dont il ne pourrait se débarrasser en 30 secondes… Mais comment pourrais-je voyager discrètement autrement ? C’est auprès de ces derniers que j’ai appris à piloter un navire. C’est également eux qui ont renforcé mon goût de l’or, du rhum et des jolies femmes par ailleurs… Cela peut sembler futile, mais je puis vous assurer que cela rends la vie tout à fait agréable. Peut être est-ce finalement là le secret du bonheur… Vivre sa vie au présent, et jouir au maximum des petites choses que cette dernière a à offrir. Car nul ne sait au final quand viendra le dernier jour de votre existence…

Moi je le sais. C’est d’ailleurs mon métier.
Je suis un assassin… l’Histoire ne mentionnera jamais mon existence. Je brûlerai ces pages sitôt les avoir écrites…

   
Derrière l'écran

   ◆ Pseudo : Psymon d'une manière générale. Gordon pour certains. Ici ce sera Capuche... "Carpuchooooo !!!" pour les intimes.
   ◆ Comment avez-vous découvert le forum ? On m'a passé le lien après une longue recherche sur annuaire
   ◆ Un avis, des questions ? Pas pour le moment, mais vous serez les premiers informés si tel est le cas :p
   ◆ Voulez-vous être parrainé ? Je ne pense pas que cela sera nécessaire.
   ◆ Multicomptes : Compte principal
   ◆ Partant pour un défi rp ? évidemment !
   ◆ Team Tymie ou Team Courage ? facultatif Mon âme est à vendre au premier qui m'offrira des chocos.

   


Dernière édition par Capuche le Dim 1 Juin - 1:38, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Jeu 29 Mai - 17:08

Silence Hodd

de Castelcerf

de Castelcerf
avatar

En savoir plus

Bonjour et bienvenue sur le forum, Capuche !  :rainbow: 
(Rien n'est vrai, tout est permis Cool)

C'est sympa de faire un assassin, il me semble pas qu'on en ait sur le forum ! En tout cas un hors-la-loi c'est bien, ça va remplir le groupe petit à petit ^^ Bon courage pour ta fiche et n'hésites pas en cas de question. Smile



Merci Liberté ! :tymievigueur:
Merci mon filleul luth(eur) :coeur::
 
Et merci Viviane pour le vava ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lessixduches.forumactif.com
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Jeu 29 Mai - 22:23

Irwild Sangrépée

Marin

Marin
avatar

En savoir plus

Ah, tenez : voilà un nouveau qui fait bien plaisir ! C'est Noël : un hors-la-loi ! \o/

... J'ai vraiment besoin de te hurler la bienvenue ou ça ira comme ça ? ;-)




Clic!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Ven 30 Mai - 9:20

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Sois le bienvenu parmi nous Capuche !  :jongl: 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Ven 30 Mai - 17:58

Capuche
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

En savoir plus

Merci à tous pour votre accueil ! Et le hurlement ne sera pas nécessaire...

Il me reste encore beaucoup à peaufiner pour finir ma fiche, je ne suis pas encore totalement au point sur le contexte, et ne souhaite pas faire de bêtises^^

Pour les questions, je pense qu'elle viendront au fur et à mesure de mon avancée... Je les poserais sûrement ici ou sur le chat selon ce qui sera le plus pratique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Ven 30 Mai - 23:55

Silence Hodd

de Castelcerf

de Castelcerf
avatar

En savoir plus

Pas de problème, prends ton temps et n'hésite pas à nous assommer de questions, on aime ça  :colgate: 

*lance discrètement des chocos*



Merci Liberté ! :tymievigueur:
Merci mon filleul luth(eur) :coeur::
 
Et merci Viviane pour le vava ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lessixduches.forumactif.com
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Sam 31 Mai - 19:51

Capuche
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

En savoir plus

Bien... Je pense avoir terminé ma loooongue fiche \o/

J'espère ne pas avoir laissé passer trop de fautes d'orthographes, et que l'histoire de mon personnage n'est ni trop longue, ni irrespectueuse de l'univers^^'

Enfin bref, je laisse tout ceci à vôtre jugement. Comme j'ai modifié la première partie que j'avais écrite, je précise que je suis partant pour un défi RP si cela n'avait pas été vu^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Sam 31 Mai - 20:20

Liberté Sangréal
Noble de Labour
Noble de Labour
avatar

En savoir plus

Bienvenue à toi Capuche, et jolie fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Sam 7 Juin - 15:41

Capuche
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

En savoir plus

Hello !

Je viens juste aux nouvelles concernant ma validation ou les éventuelles erreurs à corriger de ma fiche.

En voyant Souris validée, alors qu'elle est arrivée après moi, je commence à me demander si je n'ai pas été un petit peu oublié^^'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Sam 7 Juin - 18:08

Silence Hodd

de Castelcerf

de Castelcerf
avatar

En savoir plus

Hello ! Je suis un peu pressée là tout de suite mais si Tymie ou Courage n'est pas passé entre-temps, je te validerai lundi soir sans fautes ^^ Désolée pour l'attente !



Merci Liberté ! :tymievigueur:
Merci mon filleul luth(eur) :coeur::
 
Et merci Viviane pour le vava ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lessixduches.forumactif.com
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Sam 7 Juin - 19:41

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

:wtf:  Un admin' peut en cacher un autre. :rainbow:



NINJA!
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Sam 7 Juin - 23:36

Capuche
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

En savoir plus

Yeah !! \o/

Merci infiniment^^ J'ai hâte de débuter le RP, et de voir mon défi :p


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Mar 10 Juin - 21:54

Silence Hodd

de Castelcerf

de Castelcerf
avatar

En savoir plus

Félicitations pour ta validation !
Pour le défi rp il faudra attendre le retour de Courage (c'est lui qui s'en occupe), mais tu peux bien sûr poster en rp sur tout le forum ! N'hésites pas en cas de questions, et bon jeu !  :rainbow: 



Merci Liberté ! :tymievigueur:
Merci mon filleul luth(eur) :coeur::
 
Et merci Viviane pour le vava ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lessixduches.forumactif.com
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Sam 21 Juin - 17:39

Courage Hardod

Noble de Rippon
Baron de Forbaie

Noble de RipponBaron de Forbaie
avatar

En savoir plus

Bienvenue à toi !

J'aurai peut-être besoin de toi pour supprimer certaines personnes de la famille.. Tymie ne m'en veut pas ! Twisted Evil

Sinon désolé pour l'attente du défi rp, je répare mon erreur maintenant :

"Tu as parcouru le monde à la recherche de tes origines sans avoir trouvé le moindre indice. Un jour, quelqu'un communique avec toi par le système des pigeons et te dis qu'il a une mission pour toi. Tu le rencontres et il t'explique que c'est un ancien esclave qui a réussi à s'en sortir grâce à la politique d’accueil des Six-Duchés. Il veut se venger de ses anciens maîtres. Rien n'est plus facile pour toi que cette mission.

Tu y vas, tu mènes ton enquête et tu es prêt à frapper. Et ce jour là, tu veux accomplir ta mission mais quelque chose te tracasse. Certains détails, des informations que tu as réussi à obtenir, te semblent étranges. Tu n'es pas à cent pour cent de tes capacités. Tu arrives à neutraliser les gardes mais arrivé près du couple, tu fais une bourde. La femme se retourne et tu remarques qu'elle a les mêmes yeux que toi. C'est ta mère ! Que fais-tu ? Tu te rends compte que ta propre mère est une esclavagiste. Vas-tu faire ta mission jusqu'au bout ou au contraire la laisser vivre après une sérieuse discussion ?"

La longueur, le lieu et la temporalité sont libres, et le défi n'a pas d'impact sur le reste. C'est-à-dire que tu peux raconter ce qui te chante, même si ça n'a rien à voir avec la suite de ton histoire. Tu peux également faire intervenir autant de PNJs que tu le souhaites.

Une fois ton défi posté, merci de le signaler en allant éditer ta fiche d'inscription pour cliquer sur l'icône du sujet "défi rp posté chef !" qui se trouve juste au-dessus de la zone pour écrire Very Happy

Si le sujet ne t'inspire pas, préviens-moi et je t'en donnerai un autre. Bonne chance ! :naruto:






***



***



***

& &

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Mer 25 Juin - 1:00

Capuche
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

En savoir plus

Une pleine lune magnifique éclaire faiblement les rues d'une ville que je n’espérais pas revoir aussi tôt... A dire vrai, elle ne m'a jamais manqué. Le toit de la bâtisse sur lequel je me trouve actuellement perché m'offre une vue d'ensemble, dont chaque élément est lié à l'un de mes souvenirs. Ses rues poussiéreuses, ses nombreux étals qui dorment tranquillement en attendant l'agitation du marché matinal, ses demeures nobles qui surplombent la ville... Tous ne sont que le symbole d'un passé qui me répugne. Et pourtant ce soir, ma motivation à accomplir ma tâche ne saurait être plus forte.

Cela avait commencé par un simple message récupéré dans le pigeonnier de ma demeure, m'informant qu'un individu requérait mes services en Chalcèdes. Une fois sur place, j'en apprenais plus sur mon potentiel employeur, et découvrait qu'il s'agissait tout comme moi d'un ancien esclave, ayant gardé une rancœur particulière envers ses anciens maîtres... Sa soif de vengeance et les moyens qu'il était près à y mettre étaient particulièrement remarquables. Poussé par la curiosité, je décidais de prendre contact. Il s'agit probablement d'une faiblesse émotionnelle de ma part, mais je dois l'avouer... Les contrats de ce genre, je ne les refuse que rarement. La nostalgie particulière que je ressentais en obtenant quelques informations supplémentaire sur mes cibles, finit définitivement par me convaincre. Me faisant réaliser au passage que mon propre passé d'esclave était une blessure qui ne cicatriserait pas si simplement... a moins que ce ne soit autre chose. Que je choisissais cependant de mettre de côté pour la mission.

Et ainsi je me tiens là... En équilibre sur un pignon, à observer la demeure de mes cibles. Patiemment, j'attends mon heure... J'observe une énième fois l'ensemble de la propriété. Je suis à l'affut du moindre son provenant de la demeure, ainsi que de son arrière cour où sont regroupés les esclaves et leurs gardiens.

 Un tueur à gage amateur se serait contenté de foncer en ligne droite, tuant tout le monde sur son passage, jusqu'à atteindre sa cible... Je ne suis pas de ceux là. S'en tenir strictement aux noms qui figurent sur le contrat est la seule chose qui distingue l'assassin du meurtrier. L’un des enseignements de mon ancienne guilde, que j'ai inclus dans mon propre crédo.

 Ce soir c'est la fête dans les quartiers de la garde... du moins c'était. L'un des vigiles souhaitait marquer la naissance de son premier enfant. Un tonneau de vin avait été percé pour l'occasion et toute l'équipe avait été autorisée à aller en profiter raisonnablement durant la pause. Cela faisait presque une heure que les extérieurs de la demeure étaient à présent parfaitement silencieux... Je peux en déduire, dans la mesure du raisonnable, que j'ai réussit mon coup. La racine de vanneur, mélangé avec le vin a parfaitement rempli son office. L'excellence est le seul niveau que je juge acceptable dans ce travail... Quand on souhaite l'atteindre, on prend la peine de préparer en journée son travail du soir.

Sauf abstinent, je ne devrais plus rencontrer à présent beaucoup de résistance à l'intérieur de la propriété... Mais depuis que je guette la cloche d'alerte dans le jardin principal, aucun homme paniqué n'est venu se manifester. J'avais au préalable préparé une flèche au bout de laquelle j'avais attaché une fiole de brume nuit... Je n'aurais finalement pas à m'en servir. Le dernier signe que j'attendais arrive enfin.

Le vigile qui garde le portail s'écroule et je rabat ma capuche. Il est temps pour moi de descendre de mon perchoir et de passer à l'action. Une fois devant l'entrée de la propriété, je traine le corps du gardien pour le dissimuler à l'intérieur. Je referme derrière moi, et avance alors dans les jardins. Je croise un autre vigile endormi en plein milieu de l'allée. Là encore, je le dégage du passage et je récupère le trousseau de clé accroché à sa ceinture.

Je m'arrête devant un arbre portant une marque au couteau qui me soulève le cœur. Un petit personnage à grossièrement été taillé dans l'écorce... Un jeu d'enfant... Je me sens bizarre et préfère continuer ma route. Cette impression désagréable m'est déjà arrivée lorsque je suis venu faire mon enquête plus tôt dans la journée... Quelque chose ne va pas... Je suis troublé... Je dois être malade... je dois en finir au plus vite.

J'arrive devant les portes de la demeure, que je n'ai aucun mal à ouvrir. C'est la première fois que je vois véritablement l'intérieur, et je me sens de nouveau défaillir. Une migraine épouvantable me fait tomber à genoux, et des flashs... des images désordonnées parsèment mon cerveau, sans pour autant que je parvienne à les relier entre elles. Je suis déjà venu ici, j'en suis de plus en plus convaincu... Je suis à deux doigts de tout abandonner, mais quelque chose tapi tout au fond de moi me pousse à poursuivre. Je suis sous l'emprise d'un bien curieux maléfice et je dois en comprendre le sens.

J'arpente à présent un couloir dans les tons rouge et or, éclairé par des chandeliers. Un nouveau flash surgit des tréfonds de ma mémoire... je me vois beaucoup plus petit et courant dans ces mêmes couloirs en riant. je dois m'appuyer contre le mur pour ne pas tomber et vomir... Mais que m’arrive-t-il ? ...

Un homme sort alors d'une pièce adjacente et me surprend... un majordome semble t'il... Il me reste juste assez d'énergie pour me jeter sur lui et lui saisir la gorge avant qu'il ne pousse le moindre son. Mes doigts se crispent contre son cou... Je ne souhaite pas le tuer, mais c'est un témoin gênant qui doit disparaitre... Quelques secondes à bloquer son corps contre le mien pour l'empêcher de se débattre et c'est chose faite. Je ne pense pas avoir fait de bruit pendant mon office...

Je ne prends même plus la peine de dissimuler le corps, et je poursuis mon chemin de croix. Je recherche une porte, je sais d'instinct laquelle. Une fois face à cette dernière, je me rends compte qu'elle est déjà entrouverte. Ma main tremblante n'a plus qu'à la pousser doucement pour me permettre d'entrer de faire face à un homme qui me tourne le dos et sa femme qui se tient à ses côtés. Je partais du principe que les propriétaires des lieux devaient dormir... c'est une grave erreur de ma part. Pourquoi n'ai-je donc pas vérifié ce détail ?

Tout deux contemplent un tableau à leur image qu'ils viennent probablement de commander. Je me fige en contemplant la silhouette de la femme... je me sens une nouvelle fois défaillir, et suis obligé de me rattraper à une table de chevet à côté du lit pour ne pas tomber... La chandelle qui est posée dessus elle, choie au sol et ma cible féminine se retourne en premier. Elle aussi se fige.

L'homme se retourne à son tour et m'interpelle.

"QUI ÊTES VOUS ?!"

Je ne lui donne aucune réponse, et il réitère son injonction... juste avant de se saisir d'un coupe papier posé sur son bureau tout proche et de courir dans ma direction en hurlant. Cette fois la grâce me touche et je retrouve tous mes moyens en l'espace d'une seconde. Je ne prends pas la peine de m'écarter de sa route... Une première dague jaillit et coupe l'élan de son arme de fortune. Une deuxième vient alors se ficher dans sa poitrine et l'homme s'écroule sans que sa compagne ne daigne pousser le moindre son. Elle est tremblante... choquée même, et je le suis tout autant alors que mes yeux sont plongé dans les siens. Nous avons exactement le même regard... Un air de famille que je reconnais immédiatement.

En cet instant j'ai le sentiment que mon esprit quitte mon corps et je me vois tomber à genoux. La femme s'approche de moi en titubant, et n'accorde même pas un regard à son mari gisant à mes côtés. Elle s'agenouille face à moi et d'une main peu assurée rabaisse alors la capuche qui masque une partie de mon visage. Ses yeux son maculés de larmes... les miens également.

Sa main douce est alors posée contre mon visage et je suis toujours incapable du moindre mouvement. Elle contemple enfin son mari mort et pose a nouveau son regard exorbité sur moi. Je n'y vois aucune tristesse... une forme de joie étrange... j'y vois... de la folie !

Je crois que le choc des dernières minutes vient de lui faire perdre la raison... Moi même je crois que je suis en train de tourner la carte... je ne suis pas sûr. Ni de ce que je fais, ni de ce que je vois. Elle en revanche semble m'avoir reconnue tout de suite... je viens de tuer son mari, et la première chose qu'elle trouve enfin à me dire c'est :

"Tu... tu as les mêmes traits que ton père ! "

Elle est toujours tremblante quand elle m'enlace et me prends dans ses bras... A cette seconde, je crois que mon crâne va éclater. Tout me revient... Un homme grand, blond et barbu qui me porte sur ses épaules... Un pique nique dans les jardins de la propriété... Lui et moi sur un navire contemplant une meute d’hommes enchainés montant à bord... une tempête... Le navire fendu en deux... L'homme barbu d'un côté qui s'éloigne, moi de l'autre pleurant et hurlant... Le soleil... le sel... le bruit des vagues de la mer enfin apaisée.

L'homme qui git mort à mes côtés n'est pas mon père... En même temps que je réalise que ce dernier a bel et bien été englouti par l'océan, je comprends que ma mère elle, est bien vivante. Elle m'enlace dans ses bras en ce moment même, dans une scène des plus sordides... Elle semble avoir perdu tout contact avec la réalité... Son cerveau et son cœur donnent priorité au retour de l'enfant chéri, plutôt qu'au meurtre de son nouveau mari. Moi je parviens à conserver un minimum d'agilité mentale malgré la paralysie de mon corps. Comment dois-je réagir ? Je réalise que je suis enfin devant celle que j'ai toujours cherché. Je comprends également que cette même personne symbolise tout ce que j'ai pu haïr ces vingt dernières années... Je ne prononce toujours pas un mot, j'en suis incapable. Je me laisse faire et observe juste... Cette femme brisée et démente que j'appelle ma mère.

" Ca va aller... mon chéri... ça va aller... On va faire disparaitre le corps.

Je reviens un peu à la réalité et ne crois toujours pas ce que je viens d'entendre. Je me relève, et elle en fait de même, tendant des mains de déni en direction du corps de son défunt mari. Ses larmes sont entrecoupées de spasmes rieurs...

"On dira que c'est un accident... C'est bien ça ! Un accident."

Je me répugne à envisager moi même la possibilité... Ce serait folie que de poursuivre sur cette pente dangereuse. Mais c'est ma mère... Oui... ma mère... J'ai vécu toute ma vie pour ce jour et pour la première fois de ma vie, je ne sais plus ce que je dois faire pour la suite.
La femme se jette de nouveau sur moi et commence à enlever convulsivement mon manteau et à déboutonner ma chemise. Encore une fois je me laisse faire et suis incapable de dire le moindre mot...

" On va te débarrasser de tes oripeaux de bandit ! ... On va annoncer ton retour ! Tu va reprendre l'empire de ton père ! Il à toujours été à toi... Pas à cet homme ! On sera heureux... Ne t'en fais pas mon chéri... Maman s'occupe de tout ! "

Reprendre l'empire de mon père ? Faire comme si rien ne s'était passé ? Devenir moi même... UN ESCLAVAGISTE ?!

Cet enchainement de possibilité a le don de me tirer brusquement de ma torpeur, et de m'infliger un retour dur à la réalité. Dans le même temps, ma mère, toujours occupée à déboutonner ma chemise s'arrête. Elle a remarquée un bout du tatouage en forme de pieuvre qui marque ma poitrine. Elle est bien dans le commerce d'esclave... Même si cet emblème lui est inconnu elle fait parfaitement le lien avec ce que cette marque sous entends. Elle recule, comme terrorisée. Ce regards quelle me jette alors m'énerve... Je n'y décèle plus la moindre trace d'amour. Je ne vois plus que la folie et le mépris. Par provocation, j'enlève alors mon arc et mon carquois, j'ouvre d'avantage le haut de ma tenue, et enlève totalement cette dernière pour la faire retomber contre mes hanches. Elle peut alors voir tous les tatouages qui recouvrent ma peau. Un véritable livre ouvert racontant l'histoire de ma servitude.

"Ce n'est pas possible... Ce n'est pas possible !!! "

" C'est la réalité... Et c'est également un crime..."

Elle tombe au sol et recule, comme prise d'une terreur soudaine. Je ne comprends pas sa réaction... cette femme est sensée être ma mère... Elle me répète que c'est impossible... Elle plaque ses mains contre son visage si fort que ses ongles lacèrent ses joues. Plus je la regarde et plus je sens une colère indescriptible monter en moi. L'étendue de sa folie m'exaspère... Elle qui est capable d'accepter le retour de son fils qui vient de tuer son époux, se montre soudainement incapable de passer outre que ce même fils ait pu être un jour un esclave.

Cette colère que je ressens me rend de plus en plus maître de moi même. J'écarte les cheveux qui masquent mon oreille droite, vierge de toute boucle, et elle pousse un nouveau cri de surprise. Elle se tait enfin...

" Je suis et serai toujours un homme libre... Mon corps et mon esprit n'appartiennent qu'à moi. "

Je lis dans ses yeux qu'elle n’entend absolument rien à ce discours. Les mots qu'elle prononce par la suite me le confirment...

"Di... Disparais... Tu n'es pas... Tu ne peux pas être mon fils...

Ce que j'entends me déchire les entrailles. Cette femme est ma mère... Cette démente qui rampe a moitié au sol et me regarde soudainement comme si j'avais perdu toute ma contenance d'être humain à ses yeux. Elle pleure, elle cri... Une dernière fois, elle hurle :

"DISPARAIIIIIT !!!!"

J'ai besoin d'avaler la boule au fond de ma gorge avant de pouvoir parler... et là encore je ne peux prononcer qu'un très fébrile : "Mère...". Je la regarde se lever et reprendre soudainement toute sa contenance. Moi aussi... Je sais désormais ce que doit faire.

Je la laisse passer à côté de moi, quand elle se met à courir en direction de la porte pour s'enfuir dans le couloir. Elle crie à l'aide... personne ne l'entendra... Moi, je ramasse mon arc et mon carquois...

Je descends lentement les escaliers du grand hall, pendant que je regarde ma mère s'acharner contre la grande porte d'entrée de la demeure... Je n'étais pas moi même en entrant, mais pas stupide au point de ne pas verrouiller la porte derrière moi... Ma mère comprend alors que j'arrive et se retourne terrorisée. Je ne tremble plus et j'encoche ma flèche contre la corde, avant de bander mon arc. Je continue dans le même temps à m'avancer lentement vers elle... Elle n'a plus sa raison, mais comprends parfaitement mes intentions... J'ai cependant encore des choses à lui dire.

" Quel est mon nom ? "

"Qu... Quoi ?"

Ça en revanche, elle ne s'y attendait pas... Elle hoquette deux trois fois, visiblement surprise de cette demande. Je ne suis pas d'humeur à attendre d'avantage... Je lui réitère ma question dans un rugissement.

"Je te demande... Quel est mon nom ?!!!"

Cette fois ci, elle à bien entendue... Je vois ses lèvres bouger, et j'ai le sentiment que mon cœur est soulagé du poids d'un menhir quand j'ai enfin la réponse à la question qui m'obsède depuis si longtemps. Même ma pression sur la corde se relâche. Si je n'étais pas aussi perturbé par le déroulement de cette soirée, je crois que je pleurerais...

Ma mère croit que c'est le bon moment pour reprendre la parole et tenter de négocier.

" Tu... tu n'es pas obligé de faire ça ! ... On peut s'en sortir tous les deux ! ... On peut cacher tes tatouages ! ... Tu pourrais... tu pourrais devenir le nouveau maître de ces lieux ! ... La richesse...  la renommée... Tu comprends ce que tout cela représente ? "


Chacune de ses paroles est un coup de pioche élargissant d'avantage l'étendue de ma déception... Je ne vois qu'une seule chose sensée à lui répondre.

" Vous perdez votre temps madame, je suis mandaté pour vous tuer.

...

Pas pour comprendre."


Cette dernière phrase est la toute dernière chose qu'elle entend, avant de me voir bander mon arc avec célérité, et tirer une flèche qui lui transperce la poitrine. A cette faible distance, le trait est si puissant qu'il la cloue littéralement à la porte. Elle n'a pas eu le temps de souffrir...

Je fais quelques pas vers ma cible et contemple celle qui aurait pu être ma mère... Je n'ai aucune idée de la nature de mes sentiments à cette seconde. Je prends tout de même la peine de refermer ses yeux exorbités...

Adieu... Mère...

Je récupère alors mes affaires dans la maison, et veille à ne laisser aucun indice pouvant mener directement à moi. Mon visage est couvert d'un foulard quand je libère les esclaves... Rien ne m'y oblige, mais tel est mon bon vouloir. Certain s'acharnent contre les vigiles endormis de la propriété. Moi je fais le choix de disparaitre...

Je préfère quitter la ville avant que d'autres personnes ne viennent reprendre ces hommes déchainés que je viens de libérer. Ils auront peu de chance de s'en sortir après mon acte de générosité, mais je leur accorde au moins celle de pouvoir mourir libre...

Je ne saurais jamais quel traitement a bien pu subir mon employeur, pour justifier une telle haine à l'encontre de ses anciens maîtres. La prochaine fois que je le verrai, je me contenterai de prendre son or... Je prendrais ensuite sa vie dans la minute suivante.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   Jeu 3 Juil - 19:05

Courage Hardod

Noble de Rippon
Baron de Forbaie

Noble de RipponBaron de Forbaie
avatar

En savoir plus

Tout d'abord, je tiens à te remercier de t'être prêté au jeu du défi rp ! Tout le monde n'accepte pas. Ensuite, que dire ? J'ai aimé, adoré, kiffé tout ce qui peut amener à ce terme ! Ton texte est magnifique ! Cette idée de ne pas révéler ton nom alors que ton perso le sait est juste géniale ! C'est trop bien !

Pas d'inquiétude concernant le fait que ça ne fait pas partie de ton rp ! C'est juste une épreuve et rare sont les personnes incluant leur défi dans leur histoire !

Les points sont répartis comme suit :

2 de participation
2 d'orthographe
2 pour le style
2 pour le contenu
2 pour la longueur

Ce qui te fait 10 points à aller réclamer au bon endroit !

:pompom: Félicitations et encore bravo :pompom:






***



***



***

& &

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]   

Contenu sponsorisé



En savoir plus

Revenir en haut Aller en bas
 
Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Capuche ... Juste un surnom. [Terminé]
» ELENA-KATARINA PETROVSKA ▬ je ne suis pas une immigrée, je suis juste russe. |Fiche Terminée|
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Six-Duchés :: Bienvenue dans les Duchés :: Le Chant des Bardes :: Par le Sang de mes Ancêtres :: Fiches validées :: Hors-la-loi-
Sauter vers: