AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Douce Dame Prudence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: La Douce Dame Prudence   Ven 27 Fév - 20:59

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Prudence Loinvoyant.
Identité
✥ Âge : 25 Automnes.
✥ Origine : Je suis originaire de Cerf.
✥ Classe sociale : Bien que je sois de petite noblesse, j'en suis tout de même.
✥ Profession :Actuellement Reine de Cerf.
✥ Actuellement : Je réside à Castelcerf, en Cerf.
STATS
Distribuez 50 points de départ en suivant les instructions ici.
MAGIE : 10 ✥ FORCE : 7 ✥ PRÉCISION : 6 ✥ ENDURANCE : 7 ✥ INTELLIGENCE : 8 ✥ PERCEPTION : 4 ✥ CHARISME : 8

Le Royaume et vous...
✥ Êtes-vous originaire des Six-Duchés ? Parfaitement.
✥ Ah ? D’où venez-vous exactement ? De Sablevire.
✥ Êtes vous sensible à la politique des Loinvoyant ? Exactement. En temps que Reine, je me dois d'en être sensible.
✥ Peut-être ne vous intéressez-vous pas à ces choses-là, mais quel Duché a votre préférence ? Cerf sans aucun doute. Cerf est sans nul doute le plus doux des paysages à mes yeux. Son climat berce mon coeur. Il mêle avec aisance les collines et les plages, pour moi qui ne sais choisir entre les deux, me voici comblée de bonheur. La terre y est fertile et toutes les bouches peuvent croquer le pain que le peuple façonne de ses mains. J'apprécie également nos fêtes et je prie Eda pour que celles-ci soient chaque année plus belles que l'an précédant.
✥ Que pensez-vous de nos voisins ? Que puis-je penser de mes voisins, en voilà une question intéressante.

Sachez que chacun ont des atouts ou des défauts intéressent. Cependant, voici mon avis sur le sujet, Page, la carte s'il vous plaît.
Dans un premier temps, voyons nos voisins du nord, Béarns et Labour.

Béarns. Je dois vous avouer que je m'en passe bien par moment, le temps y est peu clément et je suis facilement d'humeur morose lorsque le temps n'est pas au beau jour. Malgré le temps assez frai, je trouve les Béarnois fort chaleureux, la boisson y est forte et amère à mon goût et culinairement j'ai pu en apprécier des meilleures. Néanmoins, j'apprécie le paysage de la Baie-aux-phoques qui est certes plus plat, mais offre une magnifique vue sur les îles.
Voyons Labour à présent, si mes souvenirs sont bons, c'est le plus petit duché du royaume, mais également le meilleur duché producteur de vin de pomme. Je sais les Labouriens fidèles aux Loinvoyant et de par ce fait, ils sont des plus agréables lorsqu'on frappe à leur porte. Néanmoins, je sens bien que les taxes que leur impose le Roi leur fait grincer des dents pendant leur sommeil en ce moment... Ce que j'apprécie le plus à Belcastel c'est son paysage montagnard. D'ordinaire j'observe les montagnes de loin, mais ce n'est que lorsqu'on est au pied de l'une d'entre elles que l'on peut enfin comprendre à quel point nous sommes insignifiants. Ce mélange de bleu, de gris, de blanc réussit presque à me faire oublier le froid qu'il y fait.

Enfin, passons plutôt aux duchés du Sud à présent voulez-vous?

Rippon. Je ne sais trop quoi dire sur le Duc de Rippon et sur ses habitants. Mes relations avec eux sont plutôt neutre. J'apprécie leur vie maritime et en particulier les trésors qu'ils en sortent. Comprenez, il est rare que par chez nous, nous mangions souvent du poisson. Par la j'entends qu'il est plus courant de déguster à la table du Roi de la viande rouge et des fruits et légumes de saison. De ce fait, je suis toujours heureuse d'aller à Rippon pour y déguster ses spécialités locales.
Passons à Haurfond. Il est bien le seul dont je ne connais pas tout. Du moins, celui que je n'ai pas encore pu totalement visiter tellement il est vaste. De plus, Haurfond revient souvent à la cour. Si ce n'est pas une petite amertume avec le duché de Rippon, on entend parler de ses réactions agressives envers les États Chalcèdes. Font-ils bien ? Je ne saurais dire. Peut être devraient-ils être plus ouvert par moment et plus ferme à d'autres sans pour autant être agressif... Ce que je crains c'est qu'avec un tel comportement, un beau jour on viendra nous annoncer que les États Chalcèdes ont de nouveau reprit les terres qu'ils avaient perdues et ce n'est guère le moment ces derniers temps.
Enfin, Bauge. Ah... Bauge. Duché des mille et une couleur. On pourrait presque jalouser sa richesse tellement celles-ci sont nombreuses et saines. J'apprécie Bauge pour sa gastronomie et ses boissons fruités, mais également pour le comportement politique neutre qu'il met en place entre les États Chalcèdes et les Montagnards. On peut trouver de tout à Bauge, c'est une sorte de gros bol de fruits sucrés où toutes les saisons se mélangent. Néanmoins, je pense que je n'aurais jamais pu y résider, car ils existent bien trop de saveurs, de couleurs et d'aspects dans ce duché. Je pense que personnellement je me perdrai très facilement en ces lieux et je me demande comment font ses habitants pour retrouver leurs racines. Vous me direz qu'au moins, les réfugiés chalcédiens peuvent voir en Bauge l'appel de la seconde chance vers une vie meilleure.

Cessons à présent de parler de nos chers duchés et voyons un peu plus loin que le bout de notre nez. Passons aux États Chalcèdes justement. Ne le nions pas, depuis fort longtemps ils furent en conflit avec nous. Ils malmènent les femmes et possèdent des esclaves, mais -il y a toujours un « mais » avec moi, vous devrez vous y faire- ils sont un peuple fort et ils ont de bonne flotte. Ils pourraient être un bon atout contre les Pirates Rouges. Cependant, s'allier avec eux ne sera pas chose aisée et je serais même étonnée que cela se fasse un jour. Mais je garde espoir et le jour viendra où s'il le faut, j'y viendrai personnellement mettre mon grain de sel.
Enfin, venons en au Royaume des Montagnes. C'est une véritable explosion de couleurs dans ce décor blanc d'après ce que l'on m'a raconté de leur capitale. Pour ma part, je n'ai encore jamais mit les pieds à Jhaampe et j'aimerais plus que tout me rendre en ces terres de glace. On raconte que là-bas leur souverain est leur égal et qu'il fait de tout son mieux pour satisfaire ses sujets. Je trouve ceci remarquable. Il serait bon que nous puissions en faire autant par chez nous, mais je pense que beaucoup ne comprendraient pas et se retrouveraient perdu dans une telle politique. Bien que je n'ai encore jamais vu d'Oblat ou de Montagnard, je reste émerveillée par cette civilisation qui à mes yeux est une idylle. 
✥ Vous considéreriez-vous comme un grand fan de la famille royale ? Pourquoi ? Je n'irai pas jusqu'à dire que je suis fan, je suis devenue l'un des leurs, certes. Mais on peut dire que j'ai beaucoup d'amour et d’admiration pour certains d'entre eux en particulier.
✥ Votre avis vis-à-vis de la situation politique actuelle ? La situation actuelle est assez tendue lorsque vient le printemps et ça jusqu'en automne , car les Pirates Rouges sont loin d'être des petites canailles maritimes. Ils sont les coupables de bon nombre de violences gratuites jusqu'à ce jour. Gratuite, car dans un premier temps ils ont lancé les hostilités et dans un second temps, ne nous ont toujours pas fait savoir leur but. Le «pourquoi » de ces attaques. Beaucoup à la cour se moque bien de vouloir connaître le « pourquoi » de ces actions agressives. Mon avis est tout autre sur le sujet, mais c'est probablement dû au fait que je n'arrive pas à croire l'Homme -qui soit-il- violent gratuitement. Il y a forcement une raison à tout ceci... mais laquelle ?!
Comme chacun, nous avons aussi nos petits problèmes internes et il se trouve que la seconde « guerre » que mène activement mon Roi est celle contre les Vifiers. Je dois reconnaître que c'est un sujet délicat. Voyez-vous, il y a plusieurs pratiques du Vif, certaines sont plus saines que d'autres envers l'animal comme envers l'Homme. Il existe les vifiers simples, ceux qui ont appris eux même à plus ou moins contrôler leur vif et qui sont à mes yeux des enfants dans cette magie. Mon avis est qu'ils ne savent pas faire -encore tout du moins- la différence entre ce qu'il est bon de faire ou non avec son partenaire de vif. Puis vient les Adorateurs de Pie. Normalement ils sont décrit comme des vifiers violents qui maltraitent leur partenaire de vif et les utilises à des fins personnelles et obscurs. Là encore, j'émets un avis mitigés à leur sujet, savaient-ils tous que ce qu'ils font n'est pas sain ? Les esprits sont fragiles chez les bêtes comme chez les Hommes. Je ne serai pas étonnée de retrouver dans ce groupe des individus qui imitent des actions malsaines simplement pour s'intégrer à un groupe « rebelle ». Enfin, ceux dont on ne peut craindre, les membres du Lignage. Pour quelle raison ? Car voyez-vous nous savons faire la part des choses et agissons pour le bien des nôtres et de chaque être vivant. C'est ce que l'on peut nommer de clan noble, car celui-ci respect les deux espèces et les traitent en égales.

Mais qu'importe tout ceci, simple vifier, adorateur de Prince Pie ou bien encore membre du Lignage, aux yeux du Roi Juste ils portent tous les mêmes pêchés et sachez que cela m'attriste profondément. Pour cette raison, j'essaie -sans lui en dire trop- de faire valoir les droits des vifiers pour qu'ils puissent bénéficier d'un réel jugement en cas de faute, mais également qu'ils ne sont pas tous mauvais ou dangereux pour la royauté et les six Duchés.
✥ Au fait, vous avez un titre ? Comment ? Vous ne me reconnaissez pas ? Je suis la Reine.


La magie et vous...

… ça fait deux ? Absurde. C'est aussi clair que l'eau de Cerf.
✥ Êtes-vous sensible à l’Art ou au Vif ? En effet.
✥ Pratiquez-vous une autre forme de magie ? Nullement et je n'en éprouve aucun besoin.
✥ Avez-vous une opinion sur l'Art ? Je considère l'Art comme une autre forme se rapprochant du Vif. L'un sert à communiquer et à agir d'Homme à homme, le second d'Homme à bête. Où est donc le mal ? On pourrait croire l'Art plus "pure" que le Vif, mais personnellement je pense que ni l'un ni l'autre n'est mieux que son coussin.
✥ Que pensez-vous des fidèles du prince Pie ? Je ne sais trop quoi penser d'eux pour le moment. Sont-ils des faux rebelles souhaitant simplement se faire remarquer ou ont-ils réellement conscience de leurs actes ... Cela reste encore un Mystère à mes yeux.
✥ Et des membres du Lignage ? Voici une forme noble et pure du vif, celle qui fera peut être un jour changer l'avis qu'à le Roi sur les Vifiers. Je soutiens officieusement et me battrai s'il le faut pour faire valoir leurs droits.
✥ Que pensez-vous des autres formes de magie ? Toutes me fascinent, en particulier celle que l'on nomme la Magie des haies. Celle-ci m'amuse plus qu'autre chose et je la trouve bien plus mystique que toutes les autres.
✥ Avez-vous des magiciens, des artiseurs ou des vifiers dans votre entourage ? En effet. Mon époux et son frère pratique l'Art, dans ma famille on retrouve quelques vifiers, cependant le secret reste entier et il se trouve que j'ai fais appel à une nouvelle servante qui se trouve être une praticienne de la magie des haies.


Comment avez-vous découvert le Vif ? A travers des contes lorsque j'étais enfant.
Le cachez-vous ? En effet.
Vous a-t-on appris à le maîtriser ? Parfaitement.
Avez-vous un compagnon ? Sans aucun doute. Il s'agit d'un cerf du nom de Sombrebois qui va connaître son cinquième automne.


Journal intime

La Baronne de Sablevire me donna la vie dans une modeste demeure digne de son rang dans la ville même de Sablevire par une belle après midi d'Automne. Malgré la saison, il ne faisait ni trop froid, ni trop chaud et les arbres portaient encore leurs belles feuilles vives. J'étais le troisième enfant de la famille. Le Baron de Sablevire avait déjà eu la chance d'avoir un fils, puis une fille avant de faire ma connaissance. Avec les ans, lorsque je fus en âge de marcher seule, je pus jouer avec mes aînés Fidèle et Docile. Nous avions très peu d'écart entre nos âges et c'est probablement pour cette raison que nous sommes encore aujourd'hui très proche. Lors des derniers jours de l'été, non loin de mon quinzième anniversaire, ma mère donna naissance à Coquette, la petite dernière de la famille. Je ne pu la connaître plus que cela, elle était encore trop jeune lorsque je dus quitter la demeure familiale pour suivre Juste à Castelcerf.

Malgré l'avis de nos parents et le fait qu'il ne gagne rien en me prenant pour épouse, nous bravâmes l'autorité parentales pour nous unir et ainsi voir naître un mariage non pas d'intérêt mais d'amour. J'avais connue le Roi-servant suite à une petite mésaventure qu'il avait vécu, mal en point, c'est avec soin que je me suis dévouée et occupée de lui. Il était un fort bel homme, personne ne pouvait le nier et les jeunes filles de mon âge me jalousaient bien à cette époque. Personnellement au début, ce n'était pas gagné entre nous deux. Certes il avait un joli minois, était agréable lorsqu'il le désirait, mais quel caractère ! On dit de moi que je suis têtue, mais alors lui... que serait il donc ?! Je ne saurais dire s'il était dans sa nature ou de par son rang que venait ce côté autoritaire qui me déplaisait tant par moment et qui savait néanmoins me plaire à d'autres. Ne cherchez pas à comprendre à cet âge on ne sait pas réellement ce qui nous plaît chez le beau sexe. Cependant, je puis vous assurer que son côté charmeur et juste finirent par avoir raison de moi et je pense que dans le fond, je jouais moi aussi ma petite carte de séduction vers la fin de notre idylle.

Le titre de Reine. Jamais je n'aurais pensée que celui-ci fût si lourd à porter. Pourtant, à aucun moment je n'ai songé à baisser les bras devant cette tache qu'on venait de me confier, bien au contraire, à mes débuts je trouvais cela plutôt terriblement existant. La première année fût la plus difficile, car je dus m'habituer à mes nouvelles tâches quotidiennes et j'avais l'impression que tous mes faits et gestes étaient méticuleusement épiés, critiqués et évalués. La deuxième, plus tranquille je pus songer à un avenir et ainsi me pencher sur la question d'avoir un enfant. Jusqu'ici, je n'étais pas encore tombée enceinte et j'avais accusée le coup des nouvelles responsabilités. Hélas, après plusieurs essais et retards infructueux je commençais à perdre espoir à ce sujet. Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi je n'étais pas encore mère. Pourtant, nous faisions les choses bien. Je n'étais pas trop à fleur de peau, je me sentais même à l'aise dans mon rôle à présent et pourtant l'enfant ne venait pas. Que fallait-il faire ? Etais-je stérile ? Comment cela pouvait être possible alors que ma mère avait enfanté quatre enfants ? Je me penchais donc les années suivantes sur les diverses médecines anciennes et nouvelles pour augmenter ma fertilité. Je ne savais pas comment aborder le sujet avec le Roi, il était plus facile de parler de politique, d'organisation de fêtes ou de toute autre chose que de parler de l'absence de notre premier enfant.

Un jour, alors que j'avais l'âme en peine, je me demandais si mon infertilité ne venait pas du fait que je n'étais pas encore entière. En effet, le vif. Pendant mes premières années à Castelcerf je l'avais laissé légèrement de côté. Non pas par peur ou obligation, mais plutôt pour m'éviter toute distraction. Maintenant que j'étais à l'aise dans mon nouveau rôle, je pouvais me redonner au Vif en toute discrétion bien entendu. C'est pendant une chasse à laquelle participait Juste que je fus attirée naturellement vers une clairière bien loin du raffut que pouvait faire la chasse. Émerveillée par l'endroit, me souvenant des contes de mon enfance, je pris place au centre du lieu et laissais la douce lumière qui transperçait le feuillage rougeoyant me réchauffer la peau. Combien de temps restais-je là, je ne sais, mais j'étais prête. Prête à rencontrer mon égal. Celui-ci vint à moi sans aucun bruit. Ce n'est que lorsque je sentie sa truffe me caresser la paume de ma main que j'ouvris lentement mes yeux pour le voir. Qu'il était beau. C'était un cerf à la robe brune et aux bois sombre. Ses yeux étaient si brillants et son regard si bienveillant que j'en fus profondément émue. J'avais attendue un certain temps avant de me lier à un animal, mais à cette période, je n'avais plus aucun doute à ce sujet. Les mois suivants, nous nous retrouvions lors de balades ou bien encore de chasses. Certes, je savais qu'il serait difficile d'avoir un tel animal comme partenaire de vif, mais Sombrebois me faisait temps imprécision que je jugeais bon de tenter une telle aventure.

Ces dernières années les temps sont durs. Je ne suis pas encore mère et je sens bien que mon Roi en est profondément infecté tout comme je le suis. Voici maintenant neuf ans que cette situation dure et j'ai beau consulter, je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi... Ce peut-il qu'à trop essayer on repousse le phénomène ? Peut être que je ne suis pas assez solide pour porter un enfant. Après tout, ma mère faisait deux fois mon poids à mon âge... Sombrebois a déjà été père de nombreuses fois et il me conseille de choisir un mâle plus fertile... Sur le coup, ceci m'a amusé. Vous me voyez annoncer une telle chose à Juste ? Je pourrais également ne rien lui dire et faire comme s'il était de lui, mais cela ne serait injuste et je me sentirais terriblement mal de lui cacher pareille vérité. De plus, arriverait-il si cela ne fonctionnait pas ? Pire, qu'arriverait-il si le Roi Juste apprenait que sa Reine lui était infidèle... J'ai longtemps songé à plusieurs moyens. La fuite, proposer à Juste d'avoir une relation avec une autre femme, voler un enfant et simuler une grossesse ou bien la plus sombre encore, causer ma propre perte pour qu'il puisse se remarier. Mais ne cherchez pas, dans tous les cas, malgré le grand courage dont je peux faire preuve, je n'arriverai jamais à venir à bout de l'un d'entre eux. Il ne me reste plus qu'une seule option. Garder espoir.



Description physique

✥ Yeux : Mes yeux sont d'un bleu profond qui lors des beaux jours sont aussi perçants que le regard d'un aigle.
✥ Cheveux : De longs cheveux ébènes, fins, qui m'arrivent au bas de mon dos. J'en prends grand soin, ils sont ce que je trouve de plus beau en ma personne.
✥ Silhouette : Je mesure un mètre soixante cinq et fais dans les cinquante kilos si ce n'est pas un chouia moindre. Je possède de petits pieds, petites mains si bien qu'on dirait ceux d'une jeune fille de quatorze ans. On dit que j'ai une démarche silencieuse, souple et tranquille qui donne l'impression que je vole à quelques centimètre du sol.
✥ Habitudes vestimentaires : Je porte régulièrement du bleu. Clair, foncé, à motif, du moment que c'est bleu et qu'il me serre ma fine taille. J'aime également avoir du blanc sur moi, que ce soit sur mes gants, mes bijoux ou bien encore mon chaperon.
✥ Autre ? J'ai également de petites tâches de rousseurs au niveau de mon nez, sous mes yeux, à la manière d'un bandeau.

Description psychologique

« Mes amis disent que je suis… » timide, réservée, discrète, secrète, intelligente, patiente, courageuse, généreuse, prudente ou bien encore réfléchie. Cependant, ne vous y trompez pas, je peux être extravertie avec ceux qui me sont proches.
« Mes ennemis me trouvent… » gourmande, crédule, superstitieuse, froide, solitaire, méfiante, opportuniste et parfois même terriblement ennuyeuse. Que voulez-vous, on ne peut pas plaire à tout le monde même lorsqu'on est Reine de Six Duchés.
« La première impression qu’on a de moi, c’est… » que je ne suis pas disponible ou que je n'ai pas envie de l'être pour vous. Ce qui est totalement faux. Je me suis longtemps demandée pourquoi d'ailleurs... Je pense que le bleu de ma robe et mon visage serein en inquiète parfois plus d'un pour peu de chose.
« En société, je suis... » à l'écoute. Je ne suis pas du genre à apprécier les commérages, mais je fais l’effort de les écouter. Souriante, confiante, j'affiche avec aisance ce masque de femme de dirigeant qui garde la tête haute en toute circonstance.
« En privé, je suis… » bienveillante. Souriante et sereine, je préfère être en privé pour mieux cerner une personne et pouvoir ainsi me montrer plus détendue ou plus ferme avec celle-ci.
« En situation neutre et calme, je suis… » sereine et je me hâte à organiser des petites activités à la cour du Roi pour rendre les lieux encore plus vivant et agréable. J'apprécie le fait de partager et de recevoir des invités ainsi que de profiter des beaux jours.
« En situation conflictuelle, je suis… » terriblement anxieuse. Il m'arrive également d'organiser un banquet ou un bal pour dédramatiser la situation. Cependant au fond de moi je suis loin d'être en paix.
« Face au danger, je suis… » paniquée. Qui ne le serrait pas ?! Malgré tout, j'essaie de garder la tête haute et mon sang froid pour guider ceux qui se retrouvent encore plus perdu que je ne le suis.
« Ma plus grande peur, c’est… » que je ne puisse jamais enfanter. Cette idée me ronge terriblement...
« Ce que je déteste… » les querelles et en particulier lorsqu'elles naissent au sein de mon couple. Je ne supporte pas qu'on hausse soudainement la voix pour se faire entendre, cela à le don de m'agacer royalement bien.
« Ce que j’aime… » les douces soirées seule avec mon Roi, les voyages et les fêtes saisonnières.
« Si j'avais un rêve... ? » Celui-ci serait de devenir mère de plusieurs enfants et de leur donner une éducation saine.

Derrière l'écran

◆ Pseudo : Lazing
◆ Comment avez-vous découvert le forum ? Je le zieute depuis longtemps '^'
◆ Un avis, des questions ? Niooon. Juste que j'aime bien la déco x3
◆ Voulez-vous être parrainé ? Pourquoi pas ? Histoire de sympathiser rapidement <3
◆ Multicomptes : J'en suis encore bien loin...
◆ Partant pour un défi rp ? Plus que partante même!
◆ Team Tymie ou Team Courage ? Euuuh... I don't know '^'



Dernière édition par Dame Prudence le Mar 24 Mar - 21:14, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Sam 28 Fév - 16:48

Liberté Sangréal
Noble de Labour
Noble de Labour
avatar

En savoir plus

Alors voici ta correction :

- Chalcède --> Etats Chalcèdes --> Chalcédiens. Les Etats Chalcèdes ne sont pas soumis aux attaques des pirates rouges et n'ont offert aucune aide aux Six Duchés.

- Politique : Prudence est la reine, elle est nécessairement impliquée dans la politique actuelle, au moins dans la sphère privée avec Juste. Ne pas avoir d'avis ou décider qu'elle ne s'y intéresse pas est ton choix mais sache que cela jouera aussi en rp sur ta relation avec Juste, et mettra encore plus d'eau dans le gaz de leur relation déjà pas toute rose du fait de la stérilité de Prudence.

- C'est la Magie des HAIES et non des baies. Et on ne peut pas sur le forum pratiquer plus d'une magie. Crois-moi, tu as déjà assez à faire avec ton vif ! (si tu as des lacunes sur les pratiques du Lignage, pas de soucis un sujet est en construction de mon côté à ce propos).

- Mistral : je veux bien pour le nom, mais il n'a aucun sens sur les six duchés, pas plus qu'en aurait Robert ou Jansa. Or les animaux de lien semblent avoir un nom qui rappelle leur caractère. Par ailleurs, un cerf n'est pas facile à cacher, donc tu seras en permanence séparée de ton compagnon de lien. D'ailleurs, pourquoi Hélas ? Pour les membres du Lignage, avoir un compagnon animal est l'aboutissement d'une quête et d'un enseignement. Neuf ans par ailleurs c'est le maximum : le Lignage voit d'un très mauvais œil le lien avec un animal avant que les deux aient atteint l'âge adulte des deux protagonistes.

- Vif à trois ans : le vif ne se déclare pas comme une maladie, entendons nous bien. On naît avec. Les enfants l'utilisent inconsciemment, et avec une famille du Lignage, Patience n'aura pas été laissée en contact prolongé avec les animaux à un si jeune âge. Je pense que tu peux aller sur une utilisation consciente de sa magie vers 9-10 ans, bien que son apprentissage ait pu commencer plus tôt. Je dois par ailleurs te refuser la forme du lien avec Mistral : ça ne se passe pas comme ça, surtout pas chez une famille du Lignage. Une jeune femme comme Patience, éduquée au vif et à ses bonnes pratiques, n'aurait pas cherché de lien chez un animal 'bébé'. Elle sait que c'est contre-nature. Et un lien prend du temps à s'établir. Ce n'est pas un coup de foudre. C'est une profonde relation de confiance et d'amitié. Par ailleurs, contexte : Juste Loinvoyant, Roi-servant, arrive le lendemain chez eux. Le château est donc en ébullition et le roi est connu pour ne pas aimer les vifiers. Je ne pense pas qu'on aurait autorisé une telle chose que de garder un faon blessé dans une écurie pendant le séjour du roi-servant. Ca me parait étrange. Quant au cadeau matrimonial... Juste et Prudence se sont mariés par amour, en dépit des avis de leurs parents, et ce des années plus tard. --> voir fiche de Juste

- Ses années de Reine. Alors Prudence n'est pas décrite comme une Reine effacée qui se languit de honte dans son boudoir, mais comme une femme douce, publique, entretenant un cercle de dames de compagnie, encourageant les arts, soutenant avec discrétion le Lignage et les vifiers souvent contre Juste et ses avis trop tranchés. Je n'ai pas d'objection à ce que tu la joues telle que tu l'as décrite, mais je ne peux te garantir que Juste dans ce cas va continuer à l'aimer et la garder à ses côtés bien longtemps. C'est un homme de caractère, avec de lourdes charges, il  certes besoin de souffler de temps en temps mais aussi d'avoir une homologue avec suffisamment de trempe pour lui donner la réplique... sous peine de mourir d'ennui dans sa vie de couple.

Pour sa tentative de suicide c'est non. Tu pourras le jouer en rp, mais dans la fiche ça veut dire que ça aurait dû être joué en forum (c'est pas assez anodin pour passer inaperçu).

Le caractère mériterait d'être un peu étoffé aussi, surtout pour ce qui es de ses habitudes, réactions dans les différentes situations.

Comme c'est moi qui joue et ai fait la fiche de Juste, je suis à ton entière disposition pour toutes les questions que tu pourrais avoir.

Enfin : ATTENTION A L'ORTHOGRAPHE !!! Il y a pas mal de fautes dans ta fiche, il serait agréable de les éradiquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Sam 28 Fév - 18:19

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Pour les états de Chalcèdes, c'est à la fiche de Juste que je me suis reportée, du coup je pense qu'on va devoir zieuter un peu ça (et d'autres trucs) ensemble.

Autant pour moi pour la magie des Haies... Et ce n'est qu'une réponse du "personnage" qui sous entend qu'elle connait le sujet ou du moins sait son existence et que cela l’intéresse. Pas que demain elle devienne une Super Sorcière de la mort qui tue tout.

Mistral je trouvais ça très bien pour un Cerf, car cela aurait fait référence à sa rapidité et son agilité. Un vrai courant d'air de la côte quoi. M'enfin je peux revoir ça.
"Hélas", car comme c'est un cerf justement elle ne peut se permettre de le voir souvent et à cause du point de vue de Juste, ne peux pas vraiment se le permettre, déjà qu'elle n'arrive pas à enfanter ... Pour le Lignage, il y avait un manque cruel d'informations, mais comme le sujet est en construction, on verra ça plus tard ensemble.
Pour ce qui est du passage avec le cadeau matrimonial, je ne comprends pas ton argument. Oui j'ai bien vu que c'était par amour et ? En tout cas je reverrais l'appartenance au lignage, car il semble y avoir beaucoup de choses non expliqués et disponibles sur le sujet.

Pour ses années de Reine, j'ai plus décrit un tourment pour ensuite repartir sur un aspect plus joyeux. Je tenterai de reprendre ceci en le tournant différemment pour mieux coller à l'attente.

En gros tu voudrais une méga fiche de niveau 5! Fallait le préciser dans la note du prédef, la Reine certes mais bon! D: Je m'y presse de ce pas ♥.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Sam 28 Fév - 23:51

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Bon... Dommage qu'on ne puisse pas supprimer pour reposter un post ;_;
Du coup double post, navrée.

Les rectifications ont été faites ! :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Dim 1 Mar - 11:55

Liberté Sangréal
Noble de Labour
Noble de Labour
avatar

En savoir plus

J'aime beaucoup la manière dont tu as rectifié le tir qui correspond bien plus a ce qu'on peut attendre d'une reine, surtout de la femme qui a séduit un homme aussi caractériel que Juste. :hug:

Il reste juste un petit souci cote stats: 2. En précision c'est pas possible a moins d'être handicapé... Essaye de la remonter au moins a six sans toucher a ton 8 de charisme...

Quelque chose comme 10-7-6-7-8-4-8 si tu veux mettre en avant sa magie... Ou 9-7-6-7-9-4-8 si tu preferes quelsues chose d'équilibré. Sachant qu'au fil des rp des points XP que tu stocker as a droite a gauche, tu pourras augmenter tes stats si tes RP le justifient (emploi dune capacité)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Dim 1 Mar - 12:07

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Hello!

J'ai opté pour le "10-7-6-7-8-4-8" et comme tu l'as mentionnée je pourrais augmenter le reste plus tard avec mes points gagnés.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Dim 1 Mar - 13:34

Liberté Sangréal
Noble de Labour
Noble de Labour
avatar

En savoir plus

Pour moi c'est bon te voilà validée ! Un admin va bientôt te placer dans le groupe des nobles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Dim 1 Mar - 13:38

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Merci ! :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Dim 1 Mar - 14:02

Lune de Forge
Civil de Cerf
Civil de Cerf
avatar

En savoir plus

Officiellement bienvenue Prudence !!
Te voilà prête à faire ton entrée dans le monde des Six Duchés Wink



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Dim 1 Mar - 15:42

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Merci Merci :coeur:

Pour le défi Rp de la fiche ça se passe comment (ainsi que pour le parrainage) ? :3
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Dim 1 Mar - 17:39

Lune de Forge
Civil de Cerf
Civil de Cerf
avatar

En savoir plus

Cest par ic pour le parrainage: http://lessixduches.forumactif.com/t545-fonctionnement-et-liste-des-parrains-marraines

Pour le défi de la fiche, Ignépée ou Courage viendront prochainement t'en proposer un Wink



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Dim 1 Mar - 18:31

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

D'accord ! Merci :colgate:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Lun 2 Mar - 10:50

Ignépée

Marchand

Marchand
avatar

En savoir plus

Bienvenue sur LSD votre Sérénissime Altesse Royale de son Archiduchesserie ! Il était temps que les personnages importants soient incarnés ; les choses vont enfin bouger. En tout cas, ta fiche présage le meilleur : elle est agréable à lire, ne tombe dans aucun cliché, et surtout, elle montre que tu as bien potassé le BG ! Bravo donc. Maintenant, parlons affaire.
Parlons défi :

" Les temps sont durs pour Dame Prudence. Partout dans le duché, les tavernes sont peuplées des rumeurs les plus consternantes la concernant : la reine aurait le vif, la reine serait de mêche avec le prince Pie, la reine prendrait des abortifs pour priver le royaume d'héritier, la reine inciterait le roi à ne rien faire à propos des pirates rouges... Bref, la reine serait le démon de ce siècle. Problème, des orateurs commencent à prendre la parole dans les rues, à exiger une preuve qu'elle ne soit pas vifière, à réclamer une autre tête pour la couronne, et fédèrent de plus en plus de monde. Qui a propagé cette rumeur ? Dans quel but ? Comment appaiser la population ? Comment déjouer le complot ? Autant de tâches ardues que la jeune femme devra régler elle-même. Va t-elle faire honneur à son nom ? "

Voilà pour le petit pitch. Tu remarqueras qu'il est volontairement large pour t'offrir une marge de manoeuvre. Mais, si tu souhaites intégrer une règle plus précise, ce mini défi optionnel peut te convenir :
> Pour démasquer le traître, un jeu de carte tu devras utiliser.

Bonne chance à toi ! J'espère que tu vas t'amuser à écrire ce défi (c'est le but, après tout) et tous les RPs à venir. Encore une fois bienvenue chez nous et pourvu que tu trouves ta place parmi nous et sauves le royaume, parce que, bon, Juste ne fait pas grand chose hein ; alors on compte sur toi ! :3


"Cherche pas la p'tite bête, bonhomme, ou tu vas trouver la grosse."
JournalFiche ♦ Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Mar 24 Mar - 21:13

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Merci bien ! :123:

Sans plus attendre, le fameux défis! Bonne lecture. :coeur:

✥ Enfer et Dame Nation.



Bien heureux celui-ci qui se trouve être un simple d'être sans pour autant paraître aux yeux de ses frères, l'idiot du village. Ce sont eux qui ont la plus douce vie, car bien que l'effort fait souffrir leur corps, ils ne sont ni malmenés par les leurs, ni en proie au bien-être de toute une nation ou bien encore chercher à dominer un Royaume de légende. En exemple, je peux vous proposer celui des rats, ces rongeurs gros et agressifs qui erre dans nos rues. Si vous faites l'expérience un jour, vous comprendrez que les rats ne sont pas si différent que nous, eux aussi ont leur hiérarchie. Dans un groupe de six rats, un sera le rat dominant. Il prendra un mal et un plaisir à dominer ses frères sous prétexte qu'il soit le plus fort. Puis vint les trois esclaves, c'est eux qui ramènent au dominant les vivres et accomplisses les sales besognes de celui-ci. Par la suite, on trouve le souffre douleur, celui qui subit à longueur de journée les actes violents de son clan et récolte les miettes à la fin du repas. Enfin, le dernier rat capable de se débrouiller seul et ainsi de survivre se trouve être le solitaire. Savez-vous lequel de ces quatre statuts est le plus épuisant ? Je vais vous le dire brave gens, c'est sans nul doute celui du dominant, car alors que certain ne font qu'obéir, se faire malmener ou bien encore erré, le dominant, nuit et jour angoisse pour sa place de chef. Un seul faux pas, une toute petite erreur et sans crier gare, la révolte engouffre déjà la porte. Le plus triste dans tout ceci c'est que si nous prenions d'autres rats, ou bien encore six rats dominants, la hiérarchie réapparaîtrait aussitôt. Chacun semble prêt à se battre pour gagner une place qu'il juge lui revenir de droit et cela, à n'importe quel prix.

Qu'arriverait-il si, par grand étonnement, il n'existait plus ni de chefs, ni de soldats, ni même d'esclaves et encore moins d'ermite ? Un Royaume des plus parfait dont l'Utopie elle-même pourrait en rougir en la voyant. Vous ne savez ? Dans ce cas, je vais vous l'annoncer. Un Royaume aussi parfait serait un Royaume sur le point de mourir dans son propre cocon enfantin et paradisiaque. Une belle mort pensez-vous ? Laissez-moi en douter. Les conflits, si petits qu'ils soient servent à faire avancer la progression d'un système. Famine, guerres, maladies, vif, ou bien encore rumeurs sont des petites choses qui façonnent chaque jour l'homme et la femme que nous devenons au fil des ans. Si rien ne ce passe alors nous ne progressons pas, ni en bien, ni en mal et nous mourrons ainsi sans même avoir vécu.

Il est bien rare qu'une tour s'effondre à cause de ses fondations, c'est plus haut que l'architecture fait défaut. De ce fait, il est plutôt préférable pour un dirigeant d'être bien vue et d'aider à calmer ceux, qu'ils le supportent et qui sont -de toutes évidences- les véritables forces d'un Royaume. C'est sans nul doute grâce aux petits gens que les champs sont florissants, que les bêtes sont bien entretenues, que le Royaume s'enrichit de toutes les façons possibles. Il est -à ce moment précis- du devoir du Roi d'agir sagement afin de ne pas perdre pieds. Nombreux furent les tyrans, les généreux, les sages ou bien encore les amoureux de la fête et des coquetteries, mais du moment que celui-ci garde son trône et la couronne sur sa tête alors on ne peut nier qu'il soit un bon Roi. Après tout, si ce n'était pas le cas, il serait déjà réduit à l'état de souffre douleur si la mort ne l'avait pas encore frappée. Nombreux sont ceux qui jure que par le sang et l'héritage leur précieuse couronne ne tombera pas aux mains d'un rebelle. N'est-ce pas là déjà une preuve d'un certain risque que de penser une telle chose ? Du moment que l'on l'imagine, tout peut arriver. Pour ces nombreuses raisons ainsi que le cycle naturel des choses, que les Six Duchés n'échappèrent pas aux événements que je vais vous conter.

*

A l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, éveillée depuis une bonne heure déjà, assise dans le plus confortable de mes fauteuils, j'observais à travers ma fenêtre Castelcerf et son horizon. Bien que l'herbe fût d'un vert verdoyant et que quelques arbres fussent déjà en fleurs, le temps quant-à lui était dès plus brumeux et gris. Le vent, par moment, venait souffler contre mes fenêtres les faisant ainsi grincer pour rompre le silence qui régnait dans mes appartements. A ma gauche, le feu de la cheminée me susurrait ses crépitements si bien que je sentais le côté gauche de mon corps se chauffait bien plus rapidement que la pièce elle-même. Là, assise dans mon fauteuil, pensive, je songeais à comment se déroulerait ma journée. L'organisation était importante et il n'était pas question de confier à quelqu'un d'autre que moi-même cette tâche. Je savais pertinemment que beaucoup possédait un homme ou une femme de confiance qui organisait des journées entières pour leur facilité la vie. Je refusais simplement cette aide, car cela avait le bon don de m'agacer rapidement. Perfectionniste, je l'étais peut-être un peu, ou bien refusais-je simplement d'être une assistée. Néanmoins, je pouvais comprendre qu'un Roi eut besoin d'une telle aide, le mien avait déjà bien trop à penser avec ces Pirates Rouges... Dans un énième grincement de fenêtre, je fis sonner une petite clochette qui se trouvait à mes côtés et aussitôt Ombrine sorti du peu d'ombre qui restait dans un coin de la pièce.

« Je vais commencer. Tu peux apporter le thé, puis les fruits et les céréales. Pense bien à amener le sucre. Demande également à ce qu'on aille me chercher l'enfant. »

Bien que mes paroles semblaient neutres, peut être légèrement froides, il n'en était bien et j'espérais que la jeune fille qui me servait ces derniers temps l'avait bien comprit. Notre relation était bien trop fraîche encore pour que je puisse être plus chaleureuse avec celle-ci. De plus, mon humeur était égale au temps. Du moins, j'en avais tiré cette conclusion en remarquant que lorsque le temps était pluvieux ou brumeux, je n'avais nulle envie de quitter mon fauteuil. Monotone peut être ou bien mes cauchemars qui rongeaient encore mes nuits étaient les fautifs de mon irritation. Voir Castelcerf à feux et à sang. Voir ma place disparaître aux seins de la cour. Pire encore, surprendre mon bon roi dans les bras d'une belle... La porcelaine s'entrechoquant me fit alors cligner des yeux. Ceux-ci ne fixaient plus un point fantomatique sur l'horizon et j'en profitais pour gonfler mes poumons pour regagner mon calme et sortir de ces mauvais songes.

« Je prendrais des fraises, merci. Ne met pas plus d'une cuillère de sucre sur les fruits. »

Si Nourissette avait été là, elle m'aurait sûrement dit que les fraises étaient le fruit préférait des femmes porteuses d'une nouvelle vie. A cette idée, je passais ma main sur mon ventre en pensant qu'il était probablement encore loin le temps où cet heureux événement viendrait frapper à ma porte.

« Cela viendra, ma Reine. »

Brusquement, je levais mes yeux bleus sur Ombrine. Avais-je bien entendue ? Oui, sans nul doute au vu de son petit sourire en coin. Elle finit de me verser mon thé et s'éclipsa comme à son habitude. Seule, dans la pièce, je portais à mes lèvres une fraise et au seuil de celles-ci s'échappa un petit souffle d'envie.

« Si vous savez comme je l'espère... »

Par la suite, je préférais ne songer à rien. La tête vide de tout, je poursuivais mon premier repas du jour, les yeux rivaient sur le dehors, ma tasse fumante à mes côtés jusqu'à ce que mon doux petit page vint à moi.

« Bien le bon jour ma Reine ! »

Dans un sursaut, je manquais de me mordre la langue, ma tasse à peine saisit.

« Grâce à Eda ! Je ne t'avais pas entendue venir ! Approche donc un peu. »

Son petit rire cristallin d'enfant me réchauffa le coeur et chassa aussitôt mes dernières craintes.

« Navré ma Reine, ce n'était nullement mon intention. Vous souhaitiez me voir, me voici. »

« En effet. Que m'apportes - tu comme nouvelles ? »

L'enfant se mordilla la lèvre inférieure et mes yeux se plissèrent aussitôt.

« Et bien, ma Reine, je crains de vous porter de bien sombres nouvelles. Ces derniers jours, la cour, les villageois eux-mêmes, se sont mis à penser bien du mal de vous. »

« Tiens donc. Assis-toi et conte moi donc cela. »

Sous mon ordre, il prit place en face de moi après avoir tiré un repose-pieds.

« On raconte au Bourg-de-Castelcerf que la Reine aurait le vif, qu'elle se serait alliée au Prince Pie et que de ce fait, elle prendrait des abortifs pour ne pas donner d'héritier aux six Duchés. Mais également qu'elle manipulerait notre bon Roi pour que rien ne soit fait contre les Pirates Rouges qui menacent nos côtes. »

Mes yeux étaient rivés sur l'enfant, que venait-il de dire là ? J'en étais horrifiée. Voyant ma stupéfaction, il me prit la main et me fit reposer la tasse que je tenais à peine de peur que la boisson chaude me soit versée dessus.

« De partout en Cerf les hommes et les femmes prennent chacun leur tour la parole pour demander à ce que le Roi prenne une nouvelle épouse, d'autre, moins extrémistes, demandent simplement une preuve que vous n'êtes pas porteuse du vif ... Ma Reine ? M'entendez-vous ? »

Ainsi voilà donc le fameux moment où mon autorité est remis en question ?! Je l'avais imaginé plus théâtral en vérité, mais j'en étais tout autant pétrifiée. Qui donc avait colporté de telles rumeurs à mon sujet ? Une noblesse jalouse ? Une famille orgueilleuse ? J'avais toujours tout fait jusqu'à présent en tout cas pour être un bel exemple pour mon peuple. Ceci avait il suffit à mettre le vilain venin de la jalousie ne quelqu'un ? Il me fallait réagir au plus vite à tout ceci. Je remettais de l'ordre à mes idées et appelais Ombrine sur-le-champ.

« Parfaitement mon enfant, je te remercie de veilleur sur ma réputation. Tiens, prend cette pièce d'argent et garde la précieusement. Ombrine ! Il est temps que tu me présentes ta soeur, si elle est véritablement sorcière des haies en Cerf, elle doit pouvoir mettre d'une bonne aide pour prouver que je ne consomme aucune plante néfaste à une grosse mais également pour me préserver de ces rumeurs sur le vif et le Prince Pie. Encore une chose petit page, prend ceci et paie avec tous les crieurs que tu croiseras au Bourg, que tous sachent qu'aujourd'hui même, à midi, je me défendrais de leurs accusations. »

« Bien ma Reine, c'est comme-ci c'était déjà fait ! Soyez prudente ! »

Avec un tendre sourire, je le vis passer la porte en courant et les bras croisaient sur ma poitrine, j'écoutais pendant un petit moment le bruit de ses pas courants dans le couloir. Revenant à moi, je me tournais vers Ombrine, mais celle-ci avait déjà disparu pour quérir sa soeur. Parfois encore je m'étonne de la rapidité et de la discrétion de cette jeune femme et je pense que je n'aurais pas pu trouver mieux en ce temps.

*


Quelques heures plus tard, c'est dans ces mêmes appartements que j'accueille et fis la rencontre de Miss Tick. De part sa présence seule, cette femme imposait un charisme incroyable. Une peau de bêtes couvrait ses épaules, sa robe sombre lui faisait une silhouette si fine que je me demandais comment ses membres pouvaient traîner autant d'objets. Ses cheveux étaient longs, noirs et ondulés. Ses yeux, aussi perçants et captivants que ceux d'un serpent. Je ne savais pas si au final je devais me réjouir ou bien m'angoisser de me retrouver seule avec elle par la suite. Ombrine, était présente certes, mais elle jouait à la perfection son rôle d'ombre. Mon invitée et moi, nous nous installions quand Ombrine m'annonça qu'elle avait laissé deux gardes devant les portes. J'acquiesçais de la tête et me préparais à expliquer mon problème à Miss Tick lorsque je fus surprise que celle-ci prenne aussi bien ses aises.


« Et bien. Ne vous privez de rien... »

« C'tait là mon intention. C'n'est pas tous les jours qu'une Reine à b'soin d'mes p'tits soins »

« En effet... Savez-vous pourquoi je vous ais fait quérir ? »

« J'm'en doute un peu voyez. C'est quand bas, ça cancane. »

« De ce fait, je peux compter sur vous pour changer tout ça. N'est-ce pas ? »

« P'être bien. J'y gagne quoi ? »

« Trois pièces d'Or. »

« Trois ? Ah ! »

« Que dites-vous de six dans ce cas ? »

« Non merci, gardez votre bon or ma Reine. J'serais bien mal avisée de faire payer le lignage... C'qu'on m'en voudrait en bas après. Disons plutôt une mèche de vos ch'veux. »

« Le lignage .... Que ... Bien faisons vite. Je vous accorde une mèche de mes cheveux. »


D'un regard en biais, j'observais Ombrine, m'avait elle démasquée pour que sa soeur sache ainsi pour le lignage ? Mon attention se reporta aussitôt sur Miss Tick qui me coupa sans crier gare une mèche de cheveux.

« Mais ! Comment ?! »

« Ne vous en faites pas, j'vous aurais pas fait mal. Donnez, voici un talisman il repoussera les vifiers qui sont en lien avec un prédateur. »


J'observais le médaillon, doutant de pouvoir le garder sur mon comme un artefact mystique.

« Vous en faites pas, ça vous f'ra rien et en le portant les p'tits gens penseront que vous repousserez tous les vifiers autour de vous, du coup, vous en serez pas une à leurs yeux. »

D'un signe de la tête je la remerciais pendant qu'elle s'installait de nouveau devant moi.

« Et pour l'absence d'un héritier ? »

« Vous êtes trop fine pour porter un enfant. Mangez plus et prenez ça. Trois gouttes chaque soir. »

« Et je tomberais enceinte ? »


Je me saisis du flacon les yeux plein d'espoir, le serrant contre mon coeur comme ci je tenais là mon salue. La sorcière eue un petit sourire en coin, hocha de la tête et raccompagnait par sa soeur, me quitta en me souhaitant une bonne journée. Troublée, j'examinais le flacon. Le liquide à l'intérieur était rose et lorsque je l'ouvris pour le sentir, celui-ci sentait également la rose sauvage, celle qu'on trouve encore dans les bois de Cerf. J'étais heureuse et en même temps, un étrange petit frisson me tenait.

*


Enfin vint l'heure du règlement de compte. Toute la matinée j'avais pressée mes serviteurs à me préparer mes affaires, des rations de voyage et demandée à une poignée d'hommes et de femmes se trouvent dans la garde de bien vouloir me suivre. J'avais la ferme intention de me rendre dans l'un des villages abordés par les Pirates pour prêter main forte à sa reconstruction après mon discours à Bourg-de-Castelcerf. J'avais également pensée à prévenir le Roi, mon époux, mais me jurais de le faire seulement à la dernière minute pour que celui-ci n'ai pas la bonne idée de se mettre entre le peuple et moi. Je sais parfaitement qu'il l'aurait fait pour mon bien, que je n'avais après tout rien à régler directement avec le peuple et qu'en plus ce serait d'une puérilité parfaite de me jeter ainsi dans la gueule du loup qui aurait cherché à m'éloigner de la sécurité que m'offrait Castelcerf. Mais que voulez-vous, une vie sans danger, n'est à mes yeux pas une vie.

C'est en montant sur mon cheval, Tonnerre, que je me mis à douter. Faisais-je bien de rendre des comptes au peuple et de me risquer jusqu'à l'un des villages touchés par les Pirates. Ma route croiserait probablement celle des forgisés, mais je ne pouvais pas laisser mes sujets aveugles et en détresses. Comme un berger, je me devais de surveiller mes moutons, de veiller à ce qu'ils ne manquent ni d'eau, ni de nourriture, qu'ils soient à l'abri du mauvais temps et je me devais de ramener les égarés dans le droit chemin. Convaincue de mes arguments, je donnais un petit coup à Tonnerre pour qu'il ouvre la marche jusqu'à Bourg-de-Castelcerf. A ma suite, une dizaine d'hommes et de femmes me suivaient ainsi qu'Ombrine sur sa jument Poussière. La descente se fit tranquillement, j'écoutais d'une oreille les conversations de mes gardes volontaires et me jurais une fois en bas de faire la même offre aux villageois de Bourg.

Une fois sur les lieux, une estrade m'attendait devant laquelle une bien importante foule s'était amassée. J'avais à peine fait quelques pas sur celle-ci que mes sujets avaient fait d'eux-même le silence. Est-ce là un point rassurant ? Ils étaient en tout cas prêts à m'écouter avec la plus grande attention. C'est donc les bras ouverts, que je leurs tins mes propos.

« Peuple de Cerf ! Depuis quelques jours, vous êtes mécontent et aujourd'hui j'apprends que ce mécontentement vient de moi. Vous m'accusez de bien des choses. De trahison envers la couronne et envers vous, peuple des six duchés. »

Je marquais un temps de pose pour prendre le médaillon confectionné par Miss Tick, que me tendait Ombrine derrière moi. Je pris le temps de le montrer à tous avant de le mettre autour de mon cou et j'eue un léger frisson en entendant des chuchotements dans la foule.

« Voici un médaillon qui repoussera les vifiers ! Regardez le bien ! Car il sera à mon cou pour les restes de mes jours ! Ainsi vous pourrez voir que je n'ai pas le vif ! Et que pour rien au monde je ne collaborerai avec un partisan du Prince Pie ! »

Puis lentement je pris une posture plus détendue et une voix plus douce bien que forte pour que tous puissent m'entendre.

« Je sais pertinemment que les temps sont dur ! Que vous attendez tous depuis neuf ans déjà un héritier Loinvoyant, mais retenez le bien ! J'attends désespérément autant que vous et rien ne me fait plus mal en ce monde que de ne pas voir mon ventre s'arrondir ! Je fais de mon mieux pour donner à la couronne un héritier et ce matin même on vient de m'apporter un nouveau remède. Alors je ne vous demande qu'une chose ! Soyez patient comme notre Roi est patient ! »

La fin de mon discours sur le futur héritier à en devenir était surmonté d'une pointe de reproche comme aurait pu le faire une mère à son enfant. Puis, je radoucie une nouvelle fois mes traits pour désigner d'un geste de la main les gardes qui m'accompagnaient.

« Voyez ! Voici des hommes et des femmes volontaires qui iront tout de suite avec moi au village le plus proche ayant subi les attaques des pirates ! Nous allons aider à reconstruire les maisons, soigner les malades et réchauffer le coeur de ceux qui n'ont plus rien. Je vous le demande, que ceux qui veulent, tout comme ces braves, venir en aide à ceux qui n'ont plus rien, nous suivent ! Que ceux qui désire partager un peu de leurs biens, le fassent ! Nous partons sur-le-champ ! »

Je clôturais ainsi le sujet et montais prestement sur Tonnerre, la tête haute. Au début, nul ne bougeait puis une femme et son époux, boulanger de métier, vinrent auprès de nous pour nous signaler qu'ils pouvaient bien donner une partie de leurs pains maintenant, car ils ne souhaitaient pas voyager de nuit pour offrir les invendus. D'un hochement de tête j'acceptais leur offre et peu après c'est une poignée d'hommes et leurs chariots qui se mirent à nous suivre sur les routes de Castelcerf.

*


C'est en fin d'après midi que nous gagnâmes Vasebaie et que je décidais -avec l'aide et l'expérience d'un des gardes - de passer la nuit ici. Je pu trouver un peu de repos chez une bonne amie baronne qui permit également aux hommes qui me suivaient de se reposer également sur ses terres. Après un repas en sa compagnie, loin d'avoir sommeil, nous nous sommes mises à jouer aux cartes auprès d'une cheminée. Elle avait deux beaux enfants. Le plus âgé avait 9 ans, le second en avait 6 et elle m'avoua qu'elle aimerait en avoir un troisième. Tout de suite, elle s'excusa juste après de m'avoir fait cet aveux alors que moi-même j'attendais la venue encore non prévu de mon premier enfant. Elle fut par la suite surprise que je puisse porter un médaillon qui repoussait le vif. Je lui expliquais donc ce que j'avais vécu et elle fût bien heureuse d'avoir pour compagnon de vif un cheval. C'est en tout intimité que nous jurâmes que le lignage viendrait toujours en aide au lignage dès qu'il en était capable. A l'heure des confidences pendant notre partie, elle me confia également qu'elle avait elle aussi entendue ces rumeurs, mais qu'on lui avait assuré que celles-ci étaient purement véridiques, car une dame de courtoisie de la Reine l'avait vu parler avec une bête à plusieurs reprises. Alors que j'abattais mon roi sur son valet, je me mis à froncer mon nez et mes sourcils. Jamais je n'avais fait pareille bêtise. Même devant Ombrine je ne me le permettais pas. Mon amie mit un certain temps avant de retrouver le nom de cette Dame qui -apparemment- prenait un bon plaisir à pester dans mon dos et à essayer d'attirer les bonnes grâces de Dame Sévère.

C'est lorsque je posais ma Dame de Pique, dernière carte de mon jeu, que mon amie sursauta et tout en tapotant sur la carte me dit :


« Mais oui ! Bien sûr ! C'est elle ! Dame Désir ! Cette blonde toujours vêtue de rouge ! Elle est de l'intérieur, non ? »


Mes yeux se plissèrent de nouveau. La chevelure blonde de la dame de pique avait ranimé la mémoire de ma chère amie. Je mettais toujours méfiée de Dame Désir, mais je ne l'imaginais pas assez brillante pour réussir une quelconque manigance. Elle n'était probablement qu'une carte dans les mains d'un être encore plus vicieux qui en voudrait à la couronne des Loinvoyant. Une fois nos coupes de vins terminées, nous nous quittâmes mon amie et moi, prêtes à gagner nos couches. Elle m'avait pour l'occasion offerte sa chambre et je l'avais acceptée de peur de la froisser en refusant. Ce soir là, couchée sur le lit de plume, je songeais à Juste qui venait probablement d'apprendre - au plus tard- ma petite escapade et je me demandais combien de temps mettrait il à venir me chercher des comptes lui aussi. A cette pensée, un petit sourire fripon étira mes lèvres. Aussitôt je me rappelais que je devais prendre trois gouttes de ce mystérieux breuvage que m'avait offert miss Tick. Est-ce bien prudent de le prendre ? Non. Assurément pas. Mais au point où j'en étais, je me laissais tenter par ce petit liquide rose au goût sucré. Ce soir, nous avions mit le doigt sur quelque chose. Ma place était menacée et je me devais de tenir bon et de tout tenter pour la garder et rester aux côtés de Juste. Demain, j'espérais que celui-ci vienne me réveiller en fanfare ... Peut être qu'au fond, je cherchais par cette escapade également un moyen d'attirer son attention comme une enfant certes gâtée, mais en mal d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Sam 28 Mar - 0:13

Ignépée

Marchand

Marchand
avatar

En savoir plus

Alors ! Examinons donc le texte de Sa Majesté. Déjà, bravo pour ton effort. Je ne l'écris peut-être pas assez, mais ça n'est pas toujours facile de travailler sur un thème imposé et la seule volonté de se prêter à l'exercice est louable.

Je vais déjà te dire les choses que tu peux améliorer. Pour commencer, le gros point noir : la grammaire. Ton texte est bourré de fautes de syntaxes, de flexion et pas seulement. Il y a des fautes d'orthographe et même des fautes de frappes que tu aurais pu rectifier sans aucun problème avec une simple relecture. Alors premier conseil : le JDR par écrit doit être récréatif, certes, mais fait sérieusement. J'entends par là ne pas l'écrire à la va-vite à cause des délais, mais prendre son temps pour se relire ou retoucher son texte afin qu'il soit meilleur que ce que tu te serais imaginé de prime abord. J'ai vu que tu étais très active en RP sur le forum et c'est une bonne chose mais, quoiqu'en disent les autres, mon conseil sera toujours de privilégier la qualité.

Ensuite, je dirais qu'il y a quelques petits problèmes de réalisme. Je prends un exemple simple : Dame Prudence porte une amulette anti-vifiers qu'elle exhibe au peuple pour prouver sa 'pureté'. Je veux bien que les petites gens ne soient pas des flèches en général, mais faudrait voir à pas pousser mémé dans les orties, comme dirait l'autre. Dans les faits, il pourrait très bien s'agir d'un simple bout de bois que cela ne changerait rien. Attention aux stéréotypes du peuple crédule au possible ! A la limite, ton idée aurait put marcher si un vifier avait effectivement été démasqué par le pouvoir de cette amulette, ce qui aurait offert une démonstration au peuple (et encore, certains auraient crié à la mise en scène).

Dans une autre idée, je trouve l'entreprise de reconstruction du village un peu maladroite. On ne sait pas trop ce qu'elle y fait puisque le défi s'achève là, soit, ça se tient. Mais pourquoi y va t-elle ? Juste par acte de présence ? Elle dit vouloir tout reconstruire, mais dans ton texte, tu n'évoques que la garde royale. Je ne suis pas certain que le génie était un corps très présent dans la garde royale. De même, le fait de demander à des artisans de Cerf un coup de main, ça fait un peu pingre. Il s'agit de la reine, après tout : les gens s'attendraient surtout à ce qu'elle allonge la monnaie pour rebâtir des maisons. J'ai donc eu un peu de mal à vraiment saisir la manœuvre de la reine sur ce point-ci.

Enfin, un petit quelque chose m'a gêné, c'est la naïveté de la reine : elle fait confiance un peu trop rapidement à n'importe qui à mon goût. Par exemple, Miss Tick devine immédiatement que Dame Prudence possède le vif. Sa première pensée, somme toute logique d'ailleurs, est qu'Ombrine puisse être espionne et avoir parlé à sa sœur. Dans ce cas là, il me paraît tout simplement aberrant de faire confiance à l'une ou l'autre. Et néanmoins, sachant à la fin qu'elle a une ennemie - Dame Désir - qui lui veut du mal, elle prend quand même de l'étrange élixir que lui a donné cette femme somme toute assez louche. A la fin aussi, elle rencontre une femme à laquelle elle confie tous ses secrets les plus intimes. Tu parles de Lignage et ce n'est pas très clair, donc je n'ai pas vraiment compris à quel point elles étaient proches.

En règle générale, donc, si je pourrai te donner un conseil - outre de te relire tant et plus pour te corriger - ça serait de te poser cette question :
" Si j'étais reine et que je me savais menacée, comment je ferai à sa place ? "
Sans forcément devenir paranoïaque, il faut bien comprendre qu'être au pouvoir, c'est être confronté en permanence à un milieu complexe et souvent fait d'hostilités. En cela, la lecture des anciens régimes monarchiques et de leurs dynasties pourraient t'éclairer.

A part cela, j'ai beaucoup apprécié la façon dont tu dépeins la détresse de ton personnage. Sa phobie de la stérilité qui la pousse à cette confiance excessive citée plus haut a quelque chose de triste et malgré tous les personnages qui gravitaient au tour du tien, j'ai ressenti une grande solitude à la lecture de ce texte. Ses doutes sur son courage au moment de quitter le château ou sur son motif à la fin aussi sont touchants.

J'ai aussi beaucoup aimé la façon dont tu as utilisé le jeu de carte. Je dois avoué que je m'y suis absolument pas attendu et même qu'en lisant le texte, j'avais oublié cette règle optionnelle ; ce n'est qu'en relisant que je m'en suis rendu compte. Donc j'ai aussi goûté la façon dont le jeu de carte est mit en parallèle avec le jeu d'intrigue et de pouvoir dont prend progressivement conscience la reine à mesure qu'elle avance dans la partie.

Ah oui, encore une petite remarque : personnellement, je te conseille de ne pas utiliser de couleur comme le jaune poussin dont tu t'es servi pour les répliques du page. C'est presque illisible pour la plupart des joueurs. J'ai été obligé de sélectionner le texte pour le voir en négatif. Je sais que c'est bien de mettre de la variété dans les couleurs pour bien différencier les locuteurs, mais prends garde à ne pas tomber dans le piège de l'excès de zèle. Smile

Bref, trêve de parlotte, il est temps de passer à la caisse ! \$/


  • 2 de participation
  • 1 d'orthographe
  • 1 pour le style
  • 1 pour le contenu
  • 1 pour la longueur
    + 1 pour avoir introduis le jeu de cartes.


Ce qui te fais un total de 7 points à réclamer dans le topic idoine ! Fais en bon usage et, surtout, n'oublie pas : Our ennemies are everywhere ! D:


"Cherche pas la p'tite bête, bonhomme, ou tu vas trouver la grosse."
JournalFiche ♦ Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Dim 29 Mar - 4:04

Invité
Invité
avatar

En savoir plus

Y avait autant de fautes que ça ? D:

je suis assez surprise pour le coup parce que j'étais passée sous word puis bon patron... alors si même là ça peut pas m'aider, je suis mal ... '-'
Après j'ai remarquée à un moment que le me perdais dans mes clics. J'espère bien que ça vient de là car à te lire on dirait que c'est l'apocalypse...

Je dois dire que je ne m'attendais pas du tout à un débrif dans ce genre qui au début me l'a mit mauvaise. Qu'on me propose un défi sympa d'entré c'est cool, mais si c'est pour se faire chopper comme ça à la fin moyen. Je prends note tout de même de tes remarques.

Et le flacon de Miss Tick, je trouvais ça plutôt clair, c'est juste de l'eau et du sirop de rose. Rien de magique, juste pour donner à la Reine un peu plus confiance en soi. Pour le personnage de Miss Tick et ce qu'elle sait tout ça tout ça, c'est une autre histoire. 8D
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   Dim 29 Mar - 13:57

Ignépée

Marchand

Marchand
avatar

En savoir plus

Oulah ! Attention ma p'tite dame, faut pas se formaliser pour mes remarques, elles sont là à titre indicatif, pour te donner des conseils afin de t'améliorer si tu le souhaites. J'ai aussi écris ça parce que j'estime que je te dois quand même un peu plus qu'un simple " Tiens une poignée d'XP merci d'avoir joué lol. " Comme le défi RP est noté en point d'XP, je considère normal que tu saches en détail pourquoi je t'en ai attribué 7 et pas 8 ou 10. Si tu fais l'effort d'écrire un texte long et construit, je pense que la moindre des choses, c'est que j'échange avec toi les impressions que j'ai eu de ton texte.

Alors, oui, mes réflexes de littéraires font que je vois avant toute chose les points à améliorer, mais comme je l'ai écris, ça ne veut pas dire que ton défi est mauvais. Si ça avait été le cas, peut-être que je ne me serais pas donné la peine de te décrire toutes les interrogations qu'il a suscité en moi. Moi aussi je fais plein d'erreurs dans mes RPs, personne n'est à l'abris de ça et c'est toujours très constructif quand on s'en rend compte et qu'on peut échanger là-dessus. Alors ne vois pas ça comme une rédaction de collège corrigée par le méchant professeur qui va te dire si oui ou non tu dois continuer à vivre tes rêves ! On est ici pour s'amuser et pour nous enrichir de nos échanges, voilà tout !

Sinon pour le flacon, j'avais compris, c'est juste que sur le coup je me suis dis que Dame Prudence... Bah n'était pas des plus prudentes, eh eh. Il aurait très bien pu y avoir un poison dans ce p'tit flacon, ça serait dommage ! 'Fin bref, je pense que cet argument est de toute façon invalidé par le fait qu'elle est tellement désespérée qu'elle ne fait même plus attention à ça.

Enfin je suis désolé de finir sur une note de tristesse, mais en ce qui concerne l'orthographe, elle est effectivement mauvaise. Cependant : rien qui ne saurait s'améliorer ! Personnellement, je trouve qu'il ne sert à rien de vouloir tout corriger et de se relire cent fois pour avoir un texte parfait. Tu n'y arriveras pas. Renseigne toi plutôt sur telle ou telle règle de grammaire sur laquelle tu as un doute - des petits trucs du genre ou/où, a/à, etc. - et retiens cette règle, applique la et corrige tes fautes par rapport à cette règle dans tous tes RPs pendant quelques semaines.

Comme ça, au lieu de t'éparpiller à essayer d'avoir tout juste sans y arriver, tu te corrigeras point par point et commenceras à chopper des automatismes. Les règles deviendront logiques et tu n'auras même plus besoin d'y penser, ce qui te permettra de te pencher sur un autre point grammatical. Et c'est comme ça que tu améliorera ton français sans te casser la tête. Smile

Allé ! Ne boude donc pas et n'oublie pas que ton RP est tout de même bien sympathique à lire ! Allé oust, interdit de se morfondre sur ses défauts, ici on a un dicton : c'est en s'amusant qu'on devient meilleur ! (oui je viens de l'inventer, et alors !) Alors à bientôt pour de nouvelles aventures !


"Cherche pas la p'tite bête, bonhomme, ou tu vas trouver la grosse."
JournalFiche ♦ Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Douce Dame Prudence   

Contenu sponsorisé



En savoir plus

Revenir en haut Aller en bas
 
La Douce Dame Prudence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Douce dame jolie de Guillaume de Machaut
» Une douce nuit sous le Balcon [Terminé]
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» Oscar et la dame Rose
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Six-Duchés :: Bienvenue dans les Duchés :: Le Chant des Bardes :: Par le Sang de mes Ancêtres :: Fiches validées :: Nobles-
Sauter vers: